Réforme Électorale : Un feuilleton à multiples épisodes

Avec le soutien de

On a l’impression que cela a commencé depuis des lustres et la fin semble être toujours loin à l’horizon. C’est difficile d’imaginer que la première tentative sérieuse d’introduire la représentation proportionnelle date de 1966, quand le «Banwell Report» fut publié. En 2013, 47 ans après, nous ne sommes pas plus avancés malgré les rhétoriques de divers politiciens au fil des années. Après les rapports de Sachs, Collendavelloo, Carcassonne et Sithanen, le progrès a été pénible et nous sommes toujours à la case départ. Suite au rapport Sachs, le manifeste de l’Alliance sociale de 2005 nous avait informés que le peuple aurait l’occasion de se prononcer pour approuver un nouveau système électoral par un référendum, qui a été abandonné par la suite parce que le processus allait être trop compliqué.

LE FAMEUX LIVRE BLANC

Depuis, on a eu une série de «coze, cozé» et même la possibilité de partager le pouvoir entre le président et le Premier ministre a été envisagée mais toujours point de progrès substantiel. Dans le passé, le Parti travailliste a accusé ses adversaires du jour de n’avoir rien fait depuis 1982, et les autres années quand ils étaient au pouvoir et cela a été répété à maintes reprises par d’autres leaders du dit parti. Ils ont tout à fait raison de faire état de ces manquements mais eux aussi ont été au pouvoir depuis 2005. Pourquoi rien d’autre n’a été proposé sauf les divers rapports commandités qui sont peut-être rangés dans un tiroir. Je pense que c’est important de faire avancer la cause qu’on croit fermement quand on détient le pouvoir au lieu de critiquer les autres qui ont raté le coche quand ils avaient l’occasion, parce que comme dirait l’anglais : «Two wrongs do not make a right». 

Le gouvernement avait mentionné la publication du fameux livre blanc sur la réforme électorale avant la fin de juillet. L’échéance passée, on a parlé de 10 jours additionnels pour peaufiner ce fameux document. Après l’expiration de ce temps additionnel, on parle maintenant d’une échéance imminente. J’ai cherché la définition du mot dans le Petit Larousse pour mettre cette petite phrase dans un contexte clair. Imminent «qui est sur le point de se produire». Malgré tout, la saga continue de plus belle. Maintenant, on dit qu’on doit le faire la tête reposée et sans pression. La suite…attendons voir. Maintenant que le ramadan et les fêtes de l’Assomption, du père Laval et de Ganesh Chaturthi sont derrière nous, on peut aspirer à une intensifi cation des activités politiques tout spécialement au niveau de la réforme électorale. On ne peut que souhaiter que le mot imminent soit remplacé par le mot immédiat.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires