Mark Clattenburg, un arbitre hors jeu

Avec le soutien de

Howard Webb n’est plus seul ! Il a un frère : Mark Clattenburg… Dans l’imaginaire des fans qui ne supportent pas (au propre comme au figuré…) Manchester United, ces deux hommes sont à la solde des Red Devils et la Football Association devrait être carrément rebaptisée : Ferguson Association.

Depuis dimanche soir et le somptueux Chelsea- Manchester United, 2-3, les débats et les railleries anti-United pullulent sur le net. Les fans de MU peuvent dire merci à Mark Clattenburg, grâce à lui, la polémique risque de durer très longtemps.

Il est vrai que l’homme en noir a gâché un superbe match en accumulant les bourdes grossières, mais tout de même trop facile de tout mettre sur le dos des Mancuniens. Ils n’ont rien demandé à l’arbitre, eux, même s’il ne crachent pas sur les trois points, gagnés au forceps dans une forteresse de Stamford Bridge qui leur était inaccessible depuis dix ans.

Mais là où le bât blesse c’est que Chelsea perd à neuf contre onze avec un carton rouge très sévère sur Fernando Torres et un but clairement hors jeu. Si on ajoute un penalty oublié pour une main de David Luiz dans la surface et des propos déplacés, voire racistes, proférés à l’encontre de deux joueurs de Chelsea (qui pourraient être Obi Mikel et Fernando Torres), ça commence à faire beaucoup !

Un sacré dossier à charge pour un arbitre qui avait été radié de la profession par la Football Association en janvier 2009, pour confl it d’intérêt, mais qui a été réintégré en gagnant en appel.

Décidément, un sacré phénomène vous en conviendrez…

A 37 ans, Clattenburg est un de ces arbitres qui aiment être au centre de l’attention, qui se font remarquer. Très coté auprès de la FIFA, il était pressenti pour être le représentant anglais à la Coupe du monde 2014. En fait, avec Howard Webb, il était jusque-là l’un des meilleurs arbitres d’un pays qui a plutôt mauvaise réputation en la matière. Mais depuis dimanche, ce n’est plus la même chanson…

Clattenburg est coutumier des polémiques en tous genres : but refusé à Pedro Mendes pour Tottenham en 2005 à Old Trafford (alors que la balle avait bien franchi la ligne), un impair face à Everton en 2007, critique du management de Mark Hughes à City en 2009 et enfin une fleur à Nani (encore en défaveur des Spurs) en octobre 2010.

Mais si ce dernier accumule les boulettes, c’est tout l’arbitrage anglais qui s’est retrouvé hors jeu ce week-end. Du but d’Arteta accordé à tort à Arsenal, samedi face à QPR pour un horsjeu évident, à celui injustement refusé à Suarez pour Liverpool dimanche, pour finir par le gag du but de Chicharito, il y a de quoi s’offusquer.

Trois erreurs de jugement flagrants en deux jours et les juges de touche qui sont systématiquement à côté de la plaque. A croire que les erreurs d’arbitrage et la médiocrité sont désormais indissociables en Premier League.

Azmaal HYDOO

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires