Manchester United : jusqu’ici, tout va mal

Avec le soutien de

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère. Le crépuscule des Red Devils, l’aube des Reds ? Une grande page de la glorieuse histoire de Manchester United s’est refermée, une nouvelle histoire pleine de promesses a débuté à Liverpool. Ça ressemblait beaucoup à une passation de pouvoirs dimanche dans les travées d’Old Trafford. La preuve :

Vous savez que quelque chose a changé… Lorsque Liverpool se pointe dans l’antre des diables en favori pour la première fois depuis 20 ans. Et que c’est l’équipe hôte qui a les chocottes au coup d’envoi.

Vous savez que quelque chose a changé… Lorsque le milieu de terrain de Liverpool joue comme à Anfield, c’est-à-dire outrageusement dominant alors qu’il évolue à… Old Trafford !

Vous savez que quelque chose a changé… Lorsque Liverpool ouvre le score à Old Trafford et qu’il n’y a plus à se soucier d’un comeback de Manchester United dans le «Fergie Time».

Vous savez que quelque chose a changé… Lorsque l’équipe adverse manque son 3e penalty et ne s’en soucie guère, alors qu’il n’y avait justement pas penalty !

Vous savez que quelque chose a changé… lorsqu’une banderolle de fans de Liverpool clame que David Moyes est un génie du football et que des fans mancuniens vont réclamer la tête de ce dernier aux Glazers à la fin du match.

Vous savez que quelque chose a changé… Lorsque le visage de Sir Alex Ferguson apparaît à l’écran de votre poste TV, que vous lisez toute la rage intérieure qui l’habite, et qu’il n’a plus de chewing gum pour calmer ses nerfs.

Vous savez que quelque chose a changé… lorsque Manchester United perd pour la 9e fois en 30 journées (une première depuis 1990) et disparaît des radars du Big Four.

Vous savez que quelque chose a changé… Lorsque les bookmakers parlent de la course au titre en nommant Manchester City (5/4), Chelsea (2/1), Liverpool (3/1) et Arsenal (9/1), reléguant Man Utd à la case «favorite manager to be sacked».

Vous savez que quelque chose a changé… lorsqu’une ambiance des plus fébriles règne au Théâtre des Rêves à la veille de recevoir l’Olympiakos Le Pirée, l’équipe supposée la plus faible des 8e de finale (au tirage au sort). Il fut un temps où remonter deux buts à une équipe championne de Grèce était un détail pour United. Aujourd’hui, ce serait un véritable exploit.

Beaucoup de choses ont changé, oui, sauf dans la tête des Glazers qui ne veulent pas changer d’entraîneur.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires