Les jeux sont ouverts

Avec le soutien de

Rarement aura-t-on vu, en une seule semaine, une telle ébullition sur le plan politique. Annonce de la publication du livre blanc (enfin ça semble sérieux !) sur la réforme électorale avant la rentrée parlementaire, poursuites contre Pravind Jugnauth dans l’affaire Medpoint, vote du comité central pour aller de l’avant avec la confirmation du Remake 2000. Et une interview du leader du MMM, vendredi dernier, laissant entrevoir un certain flou.

Que dit Bérenger à Jean-Luc Émile sur les ondes de Radio One, si ce n’est qu’il confirme une impression de préférer d’autres options à celle du Remake ? L’on retient sa tentation de conduire le MMM seul aux élections générales, avec une liste de 60 candidats qui permettrait un renouvellement de la classe politique. Ce sont ses dires. Ou encore la possibilité d’aller aux élections avec un junior partner annonçant clairement, cette fois, que ce serait le MSM. Même si le leader des Mauves dit qu’il appartient (après le vote favorable du comité central mauve hier – samedi 15 mars Ndlr) désormais à l’Assemblée des délégués de décider de la meilleure option – «le choix li carré carré, soit le MMM alle tou sel, soit nous confirme remake» – il était loin d’être un ardent défenseur du Remake vendredi dernier. 

À l’écouter cet après-midi-là, il donnait plutôt le sentiment d’être quelque peu prisonnier de la parole donnée à SAJ, d’autant que, précise-t-il, c’est à sa demande que l’ancien président de la République a délaissé le confort de la State House. On décode : difficile, dans ces conditions de laisser tomber Jugnauth père même si cette arrivée-là n’a pas eu l’effet attendu. À moins que…. À moins qu’il y ait des raisons fondamentales pour faire autrement, comme il le disait lors de la dernière Assemblée des délégués. Si d’aucuns s’attendaient que des divergences surgissent autour de la répartition des postes-clés, le MSM – devinant les doutes des Mauves à poursuivre le chemin du Remake ? – a vite fait de dire oui à toutes les propositions de son partenaire : programme, relance de l’économie et y compris la réforme électorale, a confirmé Bérenger sur les ondes de Radio One. Du coup, pas le moindre macadam qui jouerait les trouble-fête. 

Alors ? Alors, c’était compter sans la main invisible de l’histoire qui s’invite dans le scénario à travers des poursuites du DPP à l’encontre de Pravind Jugnauth pour une affaire de conflit d’intérêts dans le scandale Medpoint. Le leader du MSM aura beau dénoncer une vendetta politique et réclamer un early trial, le MMM aura beau s’interroger sur le timing. Toujours est-il que ces poursuites font un peu désordre dans le camp du Remake et le prive désormais de toute sérénité. Serait-ce la porte de sortie de Bérenger et de son parti pour tourner le dos au Remake ? Le sort est, semble-t-il, entre les mains des délégués de la prochaine assemblée, prévue samedi prochain. 

En attendant, à deux semaines de la rentrée parlementaire, tous les ingrédients sont déjà réunis pour des joutes tumultueuses (d’où les warnings de Bérenger pour un affrontement direct à l’Assemblée nationale ?) entre les camps gouvernement-opposition. Mais, la politique permettant tout et son contraire à Maurice, le livre blanc pourrait permettre l’écriture d’autres improbables chapitres. À une année des élections, plus que jamais, rien n’est joué sur l’échiquier politique… 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires