Le paradoxe Pravind Jugnauth

Avec le soutien de

La raideur de nuque de Pravind Jugnauth face à la mine enjouée d’Ashock Jugnauth ne devrait pas nous distraire de l’essentiel.

C’est une confrontation de personnalités où les protagonistes oublient de voir dans le long terme. Mais d’abord, voyons ce qui sera dit à l’issue du scrutin de Quartier Militaire-Moka. Le perdant criera à la tricherie. Le gagnant s’essuiera révérencieusement les pieds avant de pénétrer le salon du leader de l’un ou l’autre bloc pour négocier un quota de tickets et un rôle qu’il estimera avoir mérité. Le grand absent à cette joute, le Parti Travailliste, se frottera avidement les mains avant d’accueillir le parti le plus affaibli. Ou alors, dépendant de l’humeur de Navin Ramgoolam, le coup fatal pourrait être porté au rival vaish Pravind Jugnauth.

Cependant et étonnamment, le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM), Pravind Jugnauth, est celui qui pourra sortir comme le plus grand vainqueur d’actuelle situation politique. A condition, cependant, qu’il fasse l’impasse sur le court terme. La meilleure des choses qui puisse arriver à Pravind Jugnauth, c’est une alliance entre le Parti Travailliste (PTr) et le Mouvement Militant Mauricien (MMM). Ce n’est pas sa seule carrière qu’il sauvera de la sorte mais surtout son parti, le MSM. Et ça, c’est beaucoup plus digne d’un leader que de vouloir être No. 2 sous Navin Ramgoolam ou Paul Bérenger. Il est vrai que ce n’est pas sa seule ambition. Il est encore plus vrai qu’il peut aspirer à un destin national. Mais le fait est qu’il perd son énergie actuellement dans des considérations de pacotille.

Un éventuel gouvernement PTr-MMM est condamné à un schisme. Qui en récoltera les morceaux? Qui pourrait se présenter comme l’unique alternance à ce gouvernement avant sa chute? Qui deviendra la voix officielle de l’opposition? Ce sont à ces questions que Pravind Jugnauth devra apporter des réponses. A moins qu’il ne fasse le choix le plus simple. Soit être du prochain gouvernement à n’importe quel prix. Dans lequel cas, il hypothèque ses chances et celles de son parti de devenir les seules relèves politiques envisageables.

En politique, comme en tout jeu de stratégie, c’est sa capacité à anticiper le coup d’après de son adversaire qui est la qualité essentielle d’un gagnant. Or, à ce stade, force est de constater que Pravind Jugnauth ne fait que réagir. A quoi cela sert-il de mourir en héros sur le terrain si cela tue aussi son parti! Le temps n’est pas à celui de l’ego mais à la stratégie.

Or, Pravind Jugnauth disait qu’il était venu en politique pour incarner un nouvel esperanto…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires