Le MSM banni

Avec le soutien de

Nos lecteurs ne trouveront, dans cette édition, aucune mention du nom du député nouvellement élu Pravind Jugnauth ni aucune référence à son parti. Ils sont rayés de nos colonnes et de celles de tous les produits du Groupe La Sentinelle, radio incluse. Nous avons ainsi décidé de réagir à l’attitude méprisante et aux propos injurieux du leader du MSM à notre égard ; il ne nous semble pas normal de continuer à montrer du respect pour ce parti en rendant compte de sa présence sur la scène politique, alors même qu’il n’en démontre aucun pour l’institution et la profession que nous représentons. 

Il faut remonter à plus de deux ans pour comprendre la rancœur de Pravind Jugnauth. Une estimation de foule à son meeting du 1er mai avancée par l’express lui avait semblé être un chiffre « manipulé ». Nous avons ouvert nos portes aux membres du MSM, expliqué de quelle manière nous procédions avant d’arriver à une telle estimation et exposé la méthode que nous utilisions. Il n’y aucune « manipulation » possible de chiffres – nous n’avons aucun intérêt à cela - il y a, au contraire, avant publication, une confrontation des évaluations provenant de différentes sources. Face à notre bonne foi, le MSM n’a rien voulu entendre.

Dès lors, Pravind Jugnauth a lancé systématiquement à ses partisans un mot d’ordre de boycott de l’express à chacune de ses réunions privées et manifestations publiques. Nous n’avons d’ailleurs plus été invités aux conférences de presse et autres meetings. Par souci d’exhaustivité et d’équilibre, nous avons toujours trouvé le moyen de rendre compte des informations dont nous privait le MSM, même en période d’élection.

Cependant, ces derniers jours, la campagne du MSM s’est intensifiée, atteignant une certaine violence. Avec une grossièreté sans précédent, Praving Jugnauth a attisé le mépris contre notre journal, en utilisant le terme sans équivoque de « papier toilette » pour qualifier l’express et en appelant à le « bannir ». C’en est trop.
 
Nous acceptons que les politiciens contestent notre traitement de certains événements. Nous jugeons de bonne guerre leurs critiques sur nos analyses.

Elles sont certes parfois fort injustes, voire fausses quand ils s’imaginent objets de persécution et nous imputent des motifs farfelus. Mais les polémiques auxquelles ces différences de vues donnent lieu sont saines lorsqu’elles se tiennent dans le respect du rôle de chacun. Ce n’est pas le cas ici. Pravind Jugnauth est insultant.

« Bannir » le MSM ne signifie pas priver nos lecteurs des arguments de l’opposition sur les questions nationales. Non seulement ils vous sont essentiels pour comprendre les débats et nourrir votre propre réflexion mais nous manquerions à notre devoir qui est de permettre l’expression des opinions divergentes si nous les occultions. Comme nous l’avons fait jusqu’ici, nous relaierons l’essence du contenu des interventions du MSM.

Cette riposte à la campagne anti-l’express ne se veut pas une démonstration de pouvoir. Il y va simplement de notre dignité. Et de notre responsabilité. Si M. Jugnauth se destine à un rôle majeur sur la scène nationale, il serait bon pour la santé de notre démocratie qu’il apprenne dès maintenant l’humilité. Nous espérons ainsi l’y aider. Quant aux attaques du Premier ministre contre l’express, nous y reviendrons bientôt…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires