La commissaire politique

Avec le soutien de

Même les plus vindicatifs de nos vociférateurs politiques ménagent leurs adversaires directs ces jours-ci. Chacun craint de devoir bientôt composer avec l’ennemi en raison des tractations tous azimuts qui sont en cours. En attendant de reprendre leur foire d’empoigne, quelques politiciens ont décidé de livrer une guerre contre la presse indépendante.

C’est le cas de la députée Nita Deerpalsing.

Quand la toute nouvelle directrice de communication du Parti travailliste démarre sa conférence de presse, samedi dernier, les journalistes pensaient qu’ils allaient assister à un remake du show haineux que les occupants du square Guy Rozemont donnent chaque samedi depuis des années.

Or, il y avait un changement au programme cette fois.

L’intervenante cible le premier titre de la presse quotidienne nationale, et non ses vis-à-vis politiques. C’est «l’express» qui fait l’objet de sa médisance.

Que nous reproche-t-elle ? Premièrement, le fait de ne pas avoir rapporté, la semaine dernière, une conférence de presse de Deva Virahsawmy alors que «presque une page était dédiée à la conférence de presse du MMM».

Deuxièmement, elle nous reproche d’avoir minimisé la couverture de la PNQ sur le Chagos. Troisièmement, elle trouve «étonnant» que la prestation de serment du ministre Hervé Aimée n’ait pas fait l’objet de «grand titre» dans «l’express».

Oui, nous avons effectivement rapporté, dans notre numéro du lundi 18, les propos tenus par le leader de l’opposition lors de sorties publiques à Plaine-Verte et à La Gaulette et pas seulement à une conférence de presse. Nita Deerpalsing doit redéfinir ce qu’est l’information journalistique si elle pense qu’il y a une comparaison possible entre l’éclairage apporté par le leader du MMM sur ses options d’alliance et les frivolités de Deva Virahsawmy.

Quant au dossier Chagos, le sentiment national nous pousse à lui accorder la plus grande importance. Mais, quand le Premier ministre est interpellé, lundi dernier, au Parlement sur la question, il ne fait que réitérer son opposition au projet de création d’un parc marin aux Chagos. Il n’annonce rien sur les stratégies futures de Maurice face aux Britanniques. L’absence de tout élément d’information dans sa réponse a pesé sur notre choix éditorial par rapport à la longueur du texte.

Puis, il y a la prestation de serment du ministre Aimée.

Qu’est-ce d’autre que cette cérémonie sinon une opportunité photo ! Et, la photo du nouveau ministre en compagnie des deux principaux dirigeants du gouvernement figure en première page de notre numéro de vendredi dernier.

Vu l’absence de tout contenu informationnel dans l’événement, une couverture plus large aurait relevé de la propagande type MBC.

Dans son réquisitoire, la commissaire politique qui s’est donnée pour mission de contrôler la presse libre oublie de dire qu’au cours de la semaine dernière, elle a eu droit à une interview qui a occupé «presque une page» de «l’express».

Il reviendra à l’opinion publique d’évaluer ce personnage qui, pour étayer une thèse personnelle, présente une version tronquée de la réalité. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires