Des chantiers multiples

Avec le soutien de

La marmite politique recommence à bouillir. C’était prévisible en cette année électorale. De même qu’on s’attendait à ce que les tractations d’alliance ne resurgissent. Le fait marquant a trait aux spéculations qui circulent sur une éventuelle entente entre le PTr et le MMM. Les avis sont partagés sur cette possibilité. Il s’agit surtout de comprendre ce qui pourrait pousser à une telle alliance.

Entre les analyses et les stratégies, je retiendrai le fait que deux hommes se retrouvent, une nouvelle fois, à la croisée de leurs destinées. Qu’est-ce qui font les grands hommes d’Etat? C’est lorsqu’ils arrivent avec un grand dessein qui est en phase avec un peuple et une époque.

Navin Ramgoolam et Paul Bérenger sont à ce stade de leurs carrières politiques respectives où les idées et les intérêts peuvent converger.
Depuis 2000, l’île Maurice a pris le navire de la réforme. Les tempêtes sont passées mais l’esprit de réforme a perduré malgré le changement de gouvernement en 2005 et la crise qui secoue actuellement l’économie mondiale.

C’est cet esprit de réforme qui habite la classe politique qui autorise un espoir pour le pays. Certes, cette réforme ne fait pas l’unanimité. Surtout chez les femmes et hommes qui se réclament de la gauche. Certes, cette réforme pourrait n’être qu’un cahier des charges établi par la Banque mondiale et dont les acteurs locaux ne pourraient légitimement réclamer aucun mérite ou paternité.

Mais il faut, aujourd’hui, continuer à croire dans le parti du mouvement. On trouverait maintes raisons pour critiquer la réforme économique. Certaines sont très valables. Cependant, la réforme ne se limite pas à l’économie.
Le système éducatif a besoin d’un nouveau toilettage avant de s’attaquer à la structure en profondeur. Seule une volonté politique sans faille peut faire aboutir cette réforme.

Le système électoral nécessite des réajustements pour faire triompher la transparence et éliminer le communalisme du système.

La République, cette entité actuellement vide de sens, attend un passage à la IIe République.

Enfin, le plus important, il importe de comprendre, après 40 ans d’indépendance, que le concept de l’unité nationale a fait son temps. Un nouveau projet est un impératif.

Les chantiers sont multiples. Il y a peu d’hommes politiques qui peuvent les travailler. Pourtant, ce sont autant de raisons qui feront qu’un simple politique devient un grand homme d’Etat…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires