Des allures de social-démocratie

Avec le soutien de

En un peu plus de deux heures et trente minutes, pour son troisième budget consécutif, Xavier-Luc Duval a maintenu un courant politique d'inspiration socialiste. Celui-ci vise à obtenir une organisation sociale plus juste, qui se place au chevet des plus vulnérables, tout en restant dans le cadre de la démocratie libérale et dans le respect du libre marché. Sur ce plan, le ministre des Finances est resté cohérent, avec des mesures sociales, populaires (entre autres, logement, TIC, prix des denrées alimentaires, autobus neufs plus sûrs et confortables, 700 nouveaux policiers).

On savait qu’il était coincé entre le déficit budgétaire et la dette publique, ce qui l’empêchait d’entreprendre de grandes réformes, mais il a quand-même tenté quelques mesures pour combattre le chômage, accroître la croissance (avec l’Expanded Africa Strategy et l’Ocean Economy surtout) et ce, malgré un contexte international difficile, qu’il a pris le temps de bien expliciter, comme pour bien démontrer qu’il n’a pas de baguette magique.

Pas de baguette, mais des tablettes oui. Comme pour effacer son faux-pas de l’an dernier, il promet cette fois-ci le double de tablettes : pour les Form IV et Form V (dès janvier 2014). On verra bien si ces nouvelles promesses ne vont pas demeurer virtuelles.

Le leader du PMSD s’est attiré les foudres d’une opposition relativement calme (le speaker n’a eu à intervenir que trois fois) quand il a évoqué l’arrivée imminente des télévisions privées - qui ne toucheront pas aux actualités –limitées aux seuls programmes de divertissement, de sports et autres émissions internationales. Combatif, face aux protestations de l’opposition, il n’a pas manqué de rappeler à celle-ci qu’elle n’a rien fait, pour libérer les ondes TV, entre 2000 et 2005 et qu’au moins, lui, il fait quelque chose… Mais le public retiendra surtout que la MBC conservera, pour Rs 150 par mois, son monopole sur l’information.

Il a quand même fini sur un effet d’annonce, qui se voulait historique, la fin du CPE, mais est resté vague, en reprenant le 9-Year Schooling, vieux projet que ressasse Bunwaree depuis trop longtemps deja. Duval a dit “bientôt”, sans plus. Sur le plan budgétaire, en effet, la donne changera forcément lors du prochain exercice, qui aura des allures surtout électoralistes… Déjà qu’avec la TVA, il s’est donné quelques libertés, ouvrant la porte aux privilèges çà et là…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires