De la patience

Avec le soutien de

La décision d’Anerood Jugnauth de faire son comeback pourrait marquer une rupture radicale dans le domaine de la politique. Déjà, alors même qu’il n’a pas encore quitté la «State House», il a créé un mouvement qui produit une modification des rapports de force. Le pouvoir a pris la mesure de ce qui se passe et le communiqué précipitamment émis par le bureau du Premier ministre, hier, en témoigne.

Toutefois, tel un gâteau qui prend du volume et qui se dégonfle aussitôt, cet élan, insufflé par l’effet SAJ, pourrait s’essouffler bien avant l’échéance électorale de 2015. Pour éviter que le soufflé ne retombe, l’opposition va devoir se montrer bien imaginative. Le Joker SAJ sera utile pour le 1er Mai et les municipales, mais personne ne peut prévoir son effi cacité dans trois ans et demi.

Le seul événement susceptible d’accélérer le calendrier politique est un éventuel raz-de-marée de l’opposition aux municipales. Une écrasante victoire de l’alliance MMM-MSM peut créer un impact psychologique qui rendrait la situation difficile pour Navin Ramgoolam. Anerood Jugnauth pourrait alors profiter d’un phénomène dont il fut lui-même victime vers la fi n de son mandat en 1995 : «He was in office but not in power.»

Les plus optimistes dans le camp du MSM misent sur un changement de majorité au Parlement. Mais il est rare qu’un député de la majorité change d’allégeance car l’opposition n’a pas d’appât pour aller à la pêche aux transfuges. Abrité sous sa casquette, SAJ aura-t-il la patience du pêcheur ?

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires