Étonnant !

Avec le soutien de

Étonnant !

Sherry Singh a démissionné depuis le 30 juin. C’était donc il y a quatre semaines déjà. Beaucoup d’informations ont depuis filtré, les unes plus embêtantes que les autres pour le Premier ministre (PM). Après quelques tentatives plutôt inefficaces de noyer le poisson (ne disait-il pas au départ, par exemple, qu’il n’y a jamais eu d’intervention à Baie-du-Jacotet ?), nous en sommes au point où, mercredi, le PM joue la prudence, n’affirme, ni ne dément rien, évoque un complot contre lui et le pays, proclame que sa seule motivation a été de «get sékirité mo péi ek so popilasion» et promet, dans une touche classique invitant à plus d’attente que «kan sinéma fini, mwa ki pou zwé fim !»

Étonnant ! Il a tenté de justifier pourquoi il a imposé que l’équipe de M. Moustas, une équipe d’étrangers, dont on ne connaît d’ailleurs pas les affiliations précises jusqu’ici, aille faire un survey à Baie-du-Jacotet. Il s’agissait de vérifier, selon lui, s’il y avait bien une menace pour la sécurité de l’État et, préciset-il maintenant, pour notre système de télécommunications en particulier. Il ne parlait plus, mercredi, de son appel téléphonique direct au PM Modi de l’Inde, mais de la recommandation d’une équipe par le gouvernement indien à travers son National Security Advisor, M. Ilango. Il n’a aucunement tenté de justifier comment il s’est cru autorisé d’ordonner ce survey dans le dos du consortium SAFE et alors que la loi du pays (clause 46 de l’Information and Communication Technologies Act) ne fait aucune exception première ministérielle aux procédures précises s’appliquant à TOUS. Il n’a nullement essayé d’expliquer pourquoi il était nécessaire d’effectuer de la data capture sur une dizaine de links de Mauritius Telecom (MT) – (même s’il est vrai que cela aurait pu avoir été fait «dans son dos» ?). Il ne s’est pas avancé à commenter la révélation que les links privilégiés concernaient surtout la région de Floréal !

Il ne s’est pas attardé sur les implications de ce survey, ni sur ses résultats, ni sur la raison, si c’était un souci à ce point grave dès octobre 2021, pour laquelle il a fallu attendre avril 2022 pour le concrétiser. Le PM, outre le complot, a parlé, à la place, de «choses graves» qui se passent, soulignant les critiques de l’opposition contre les institutions (qu’il a pourtant lui-même grandement aidé à dénigrer, notamment avec du noyautage et des nominations partisanes) et d’une alliance entre les barons de la drogue et ceux qui blanchissent l’argent, avec une «connexion» avec les partis de l’opposition… Il est donc, comme bien trop souvent, en mode homme politique plutôt qu’en mode «homme d’État».

Dans une affirmation plutôt héroïque, le PM, dans son discours à la MBC, proclame : «J’ai tout le temps respecté nos institutions et notre démocratie…» Allons bon ! Ce «respect» va continuer ? Ce qui est sûr, c’est qu’il a choisi de gérer ses réponses au scandale SAFE comme l’huître. Et donc de rentrer dans sa coquille et ne rien voir et ne rien dire qui pourrait le rapprocher de sa déchéance.

Resteront alors les pressions diplomatiques, les malaises éventuels des investisseurs, les résultats d’enquêtes diverses (dont celle de MT), les fuites de documents, Orange et l’indignation citoyenne. Mais soyons certains que, sans réponses, SAFE, survey, sniffing ne vont pas s’en aller de sitôt…

***

Moody’s nous a dégradés au dernier cran prévu pour les pays d’investment grade. Dans une tentative (appelons cela une contorsion plutôt ?) de mettre cette décision de Moody’s en perspective, le ministère des Finances souligne surtout que d’une posture «négative» nous sommes maintenant catalogués comme de nature «stable». Quand on était «négatif», l’implication était que dans le futur, on pourrait glisser plus bas. Désormais catégorisé comme «stable», cela indique une forte probabilité que cela ne se dégradera pas plus dans le futur immédiat. Nous n’avons pas, cependant, été catégorisés comme ayant des perspectives «positives»…

C’est vrai que Maurice et le Botswana sont les deux seuls pays d’Afrique encore catalogués comme étant d’investment grade, mais que croyez-vous est préférable ? Une rating de Baa2 avec perspective «négative», une rating de Baa3 avec perspective «stable» ou une rating de Ba1 (non-investment grade) avec une perspective «positive» ?

Jouer avec les nuances a des limites. Nous avons été, qu’on le veuille ou non, downgraded, comme c’était prévisible ! Notre annotation est en baisse ! Ce n’est pas étonnant ! Pour rappel, nous avons été Baa1 (stable) entre juin 2012 et mars 2018, sommes passé à Baa1 (négatif) en avril 2020, à Baa2 (négatif) en mars 2021 et en sommes à Baa3 (stable) aujourd’hui. C’est la toute première fois que nous sommes Baa3 depuis la première annotation de 1996. Le Covid et notre gestion financière moins que parfaite de cette pandémie sont passés par là.

***

Agalega, 25 km2 , 300 Agaléens. Densité de population avant Afcons : 12/km2 . Densité de population à Maurice : 621/km2 .

On y aurait déjà, selon le PM, en réponse à la PNQ du leader de l’opposition mardi dernier, dépensé 8,8 milliards de roupies dans un projet pour mieux «connecter» Maurice à sa dépendance, grâce à une piste d’atterrissage de 3 kilomètres de long et d’une jetée avec 255 mètres de capacité d’accostage. La piste d’atterrissage ayant pris quelques retards, notamment à cause de la pandémie, va être terminée et sera totalement opérationnelle en juin 2023. La jetée et le nouveau port, souffrant de manque de main-d’œuvre et de mauvaise mer, ne seront fonctionnels qu’en mai 2023. Le leader de l’opposition, extrapolant la glissade de la roupie face au dollar, évoque une facture finale de Rs 13 milliards ou plus. Cette somme totale est financée GRATUITEMENT par l’Inde !

Pourquoi ? On ne nous le dira pas. On s’accroche à une clause de confidentialité sur laquelle les Indiens, à travers Mme Swaraj, ministre des Affaires étrangères en août 2018, n’insistait pourtant pas du tout. Ce qui, par extrapolation, implique que c’est le gouvernement mauricien qui ne veut pas dire la vérité et être transparent. Qu’est-ce qu’ils ont à cacher ? L’étonnant ou l’évidence ?

Ça ne vous paraît pas encore manifeste ? La piste d’atterrissage de Plaisance fait 3 040 mètres selon Wikipédia et est adéquate pour desservir 4 millions de passagers par an. La piste de 3 000 mètres d’Agalega va desservir 300 habitants, plus ceux qui seront aux manettes au port et à l’aéroport… Le PM ne sait pas combien, ni qui ils seront.

Le PM nous assure que ce développement surdimensionné fait partie d’une «long-term vision. A very long-term vision», qui permettra l’atterrissage de B 737-900, d’Airbus A321 et autres, dont le nombre de passagers à chaque vol représentera… 2/3 de la population autochtone actuelle !

Mais que j’y pense ! «At very long term», la vision d’une île qui n’a pas plus d’un mètre au-dessus du niveau de la mer, ne risque-t-elle pas, tout de même, d’être un peu mouillée… Et d’évidence de noyer les milliards qui y auront été dépensés à notre supposé bénéfice. Sacrée vision !

***

Si vous avez quelque moyen de sortir votre tête de nos malheurs locaux actuels (SAFE, Moody’s, Agalega, prix des denrées…), ayez la bonne grâce d’avoir une pensée pour les Ukrainiens qui subissent la guerre quotidiennement, dont on souhaite qu’ils exportent les 20 millions de tonnes de céréales bloquées chez eux pour notre mieux-être et qui subissent une inflation de plus de 22 %. Ajoutez-y les Birmans, dont le parti vainqueur aux dernières élections a été éconduit, passant sous le joug de l’armée qui vient d’exécuter quatre prisonniers, combattants de la démocratie. N’oubliez pas les 6 000 immigrés illégaux envoyés à Washington par les gouverneurs républicains du Texas et de l’Arizona en guise de punition et de «rappel» de responsabilité à Biden – «The Wall» n’ayant pourtant pas été construit, n’était-ce pas Mar-a-Lago la destination naturelle ?). Pensez aux ménagères turques faisant face à une inflation de 54,8 % ! Constatez que 2 357 personnes sont mortes du Covid mondialement sur cette dernière semaine de juillet. Plaignez les 150 000 enfants peaux-rouges enlevés à leurs familles pour être «assimilés» culturellement et parfois torturés, abusés ou même tués dans diverses écoles chrétiennes canadiennes entre 1883 et 1998 et pour lesquels le pape est venu demander pardon cette semaine. Compatissez avec l’Afghanistan sous les talibans.

Nous vivons dans un monde décidément bien étonnant !

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x