La vérité de l’émigré et l’émigration de la vérité

Avec le soutien de

En avril, la Grande-Bretagne signait un accord avec le Rwanda. Pour 120 millions de livres sterling, l’ancienne puissance coloniale a désormais la possibilité de leur envoyer, pendant cinq ans, ceux qui cherchent asile en Grande-Bretagne et qui n’ont pas la documentation nécessaire. L’idée, c’est de leur offrir un statut légal au Rwanda, si les critères rwandais sont atteints. 

Cette convention soulève quelques questions vraiment épineuses. 

La première et la plus évidente est que si quelqu’un s’est donné tant de mal pour arriver jusqu’en Angleterre, prenant des risques, y compris sur sa vie, dépensant de l’argent rare, vivant dans des conditions parfois exécrables ; par quelle logique pense-t-on qu’il pourrait être intéressé, à la place, par une immigration au Rwanda, pays, en voie de développement, 4 000 miles plus loin ! 

La deuxième est de se demander ce qu’il adviendra d’un telle personne si sa demande pour la citoyenneté rwandaise devait être rejetée ! 

Troisièmement, il faut quand même essayer de comprendre ce que fait le Rwanda dans cette équation. Surtout quand on prend en compte le bilan et la réputation de ce pays sur le plan des libertés personnelles et de l’État de droit. Même la Grande-Bretagne s’en inquiétait jusqu’en janvier 2021 ! (*). Il faut, à cet effet, rajouter que le Rwanda est apparemment déjà le pays hôte de 130 000 réfugiés et de migrants (**) venant d’Afrique et même du Pakistan. Le peu que l’on sait sur ceux-là n’est pas très prometteur. Il semblerait par ailleurs que Kigali ait l’an dernier déjà signé un accord avec l’Union africaine et l’UNHCR (qui proteste, de son côté, vigoureusement contre l’accord Londres-Kigali), pour recevoir des immigrés, chercheurs d’asile en Europe, temporairement bloqués en Lybie. 

Autres faits à tenir en ligne de compte : des centaines de personnes envoyées au Rwanda comme refugiés, ont par la suite été canalisées vers d’autres pays tiers… De plus, des exilés rwandais indiquent que la politique autocratique du président Kagamé a, elle-même, créé plus de 200 000 exilés rwandais… À prendre avec des pincettes ? 

D’autre part, le Rwanda a une population de 13 millions d’habitants, fortement dominée par des jeunes, un taux de chômage de 16,5 % et un PIB par tête de seulement 798 USD avec 90 % de sa population dans l’agriculture de subsistance. Ce n’est donc pas, a priori, un pays qui devrait naturellement accueillir des immigrés ! À moins que le Rwanda ne trouve chez ceux-là des personnes déjà formées qui pourraient l’aider à fast track son développement ? Improbable… 

Ce qui suggère que ce n’est qu’une sordide question d’argent et de service rendu à plus grand frère que soi. 

Finalement, l’Angleterre n’est pas le seul pays qui essaie de bloquer l’immigration illicite vers son territoire. Le Danemark, l’Australie, les États-Unis et bien d’autres pays riches y sont aussi embarqués ; le Danemark étant, ces jours-ci, lui aussi engagé dans des discussions d’évacuation d’immigrés jugés non désirables vers… le Rwanda ! Un filon de développement ? 

Si l’on peut comprendre l’insistance des États à privilégier l’immigration légale et si nous devons noter la constance des pays riches à ne pas laisser passer l’immigration audelà d’un niveau jugé «politiquement acceptable» ; ce qui, par la même, rend la cause des réfugiés politiques difficile, celle des réfugiés économiques plus compliquée et celles des réfugiés illégaux impossible ; la vérité est que les problèmes d’immigration vont se détériorer dans les années qui arrivent. En effet, les différentiels de niveau de vie s’aggravent, les dislocations économiques pèseront plus lourd, les équations «tentatrices» se multiplieront grâce à la démocratisation de l’Internet dans le tiers et le quart monde et les pays ‘à problème’ qui causeront des déplacements majeurs de populations, comme la Syrie, l’Afghanistan, le Sri Lanka, le Mexique, le Venezuela, le Bangladesh, le Soudan ou le Myanmar d’aujourd’hui vont probablement se démultiplier grâce, notamment, aux conséquences du réchauffement de la planète ! Il y aura donc de plus en plus de monde désirant émigrer chez les riches et les solutions style Rwanda, Nauru, Turquie ou Papouasie, aujourd’hui choquantes, vont malheureusement et très probablement devenir plus fréquentes… 

Cependant, comme les pays riches finissent toujours par épouser une posture démographique qui ne remplace même pas ceux qui meurent, alors qu’ils insistent simultanément à l’invocation continue de leur dieu ‘croissance’, il est prévisible que la seule alternative à la robotisation (pour servir les populations vieillissantes qui resteront) restera… l’immigration ! 

****** 

Je ne comprendrais probablement jamais cette insistance du gouvernement à cacher la vérité et à traiter son peuple comme autant d’enfants demeurés. 

Le récent Budget l’a démontré une fois encore. Le maître-mot en la circonstance était de «scorer» politiquement, peu importe la manière et même au prix de cachotteries majeures. Comme pour la comptabilité de la CSG, par exemple, ou pour les Rs 22 milliards d’actifs que l’État va vendre l’an prochain. On vend quoi ? À qui ? Il s’agit de 22 milliards tout de même ! Avec neuf zéros ! 

Le ministre du Commerce, Soodesh Callichurn, annonce de son côté lors des débats budgétaires que les subsides sur certaines denrées de base (lait, huile, fromage, grains secs, pilchards, margarine et sardines) qui ont opéré 12 mois durant jusqu’au 30 juin 2022 seront, surprise !, discontinués. Ces subsides ne peuvent être maintenus dit le ministre, car cela aurait alors coûté Rs 4,8 milliards, en assumant que les prix ne grimpent pas plus. Il a sans doute raison. Mais pourquoi donc occulter cette décision lors du discours du Budget ? L’objet est-il de donner une image délibérément positive mais faussée de la réalité ? Une image illusoire que «tout va bien», alors que les ménagères, avec Rs 1 000 de plus en poche, vont inévitablement voir la vérité ! Rapidement ! Que restera-t-il alors de la crédibilité du gouvernement ? 

Cette frousse systématique face à la vérité devrait sérieusement inquiéter ce pays ! 

Au Parlement cette semaine, le ministre Hurreeram défendait la décision de ne pas publier un rapport sur les zones inondables parce que «trop technique», parce que requérant la seule interprétation d’autorités «compétentes» et parce qu’il «créera le chaos» s’il était rendu public ! 

Il s’est entendu parler ? 

D’abord, est-il lui-même une «autorité compétente» pour prendre une telle décision ? Mais plus important encore : est-ce que ses réponses au Parlement indiquent qu’aucun rapport «technique» ne sera plus jamais rendu public, surtout si quelque ministre estimait que cela pourrait produire le chaos ? 

Le Budget n’est-il pas «technique» ? Se propose-t-on pour cela de ne plus le publier, d’autant qu’il crée souvent le chaos ? Les jugements de nos cours de justice doiventils rester aux mains des «spécialistes», parce qu’ils sont bien «trop techniques» ? Que pense-t-on du rapport du directeur de l’Audit ? La publication de l’accord avec l’Inde sur Agalega, qui semble loin d’assurer la seule amélioration de notre connexion avec cette île, mèneraitelle au chaos ? Et le rapport sur la mort des dialysés de Souillac mènerait au chaos pour QUI exactement? 

Une société adulte et libre ne peut s’accommoder d’arbitraire et d’opacité. Les vérités qui ne sont apparemment «pas bonnes à dire» ne révèlent qu’étroitesse d’esprit et une incapacité à évoluer ou à confronter la réalité. La dictature du speaker qui favorise systématiquement et arbitrairement le point de vue des «ayes» assure, sans doute, un certain degré de paix à la majorité parlementaire, mais au prix de charcuter le débat contradictoire et la recherche de la vérité. 

C’est dans ces environnements que foisonnent mensonges, arbitraires, dérapages et gabegies. 

C’est notre avenir à tous, ça ?

(*) https://www.gov.uk/government/speeches/37th-universal-periodic-review-uk-statement-on-rwanda

(**) https://www.dw.com/en/rwanda-vows-to-resettle-uk-asylum-seekers-despite-criticism/a-62130956

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x