Edouard Maunick, le citoyen du monde

Avec le soutien de

Autant je suis heureux de participer à cet hommage, rendu, à l’un des plus grands poètes de notre pays, grâce à l’initiative de notre ami, Rama Poonoosamy, autant je déplore la frilosité d’un Etat mauricien qui n’a pas toujours su honorer, comme il le convient, ses écrivains et ses artistes, ceux-là mêmes qui lui ont souvent apporté gloire et fierté. Comme Edouard Maunick, sur la scène internationale, par ses très nombreux écrits une vie durant, et dont le professeur Jean-Louis Joubert, spécialiste des littératures francophones, disait qu’ils forment – je cite – « l’un des massifs les plus imposants de la poésie de langue française ».

Il y a mille facettes à la vie et à l’œuvre d’Edouard Maunick. Les intervenants que nous venons d’écouter ont évoqué quelques-unes d’entre elles.

Je vais ajouter, pour ma part, une autre caractéristique, peu évoquée, mais pourtant consubstantielle à son œuvre : Maunick, le citoyen du monde, l’internationaliste, l’universaliste, profondément enraciné dans le sol natal, mais également éternel voyageur, « sang debout, comme il le dit, « pour réciter sa gloire de n’être de nulle part et d’être de partout ».  

Cet Edouard Maunick-là s’est fait à la fois porteur de toutes les misères du monde et chantre de toutes les fiertés du Tiers-monde. « A croire, écrivait  Werner Lambersy, poète belge et un de ces préfaciers, « que d’être né dans une île vous donne le monde entier et la vie même en dépôts sacrés. »

Cette soif de l’ailleurs, Edouard Maunick l’a ressentie très tôt dans sa vie de poète. Pas seulement au moment de l’exil choisi, mais chaque jour de sa vie, une espèce de fringale de départs, la quête d’ici quand il est ailleurs, la quête de l’ailleurs quand il est ici.

Ce « délire du partir », selon ses propres mots, Edouard Maunick, l’a exprimé très tôt dans sa poésie. Françoise, muse et protectrice, nous a fait découvrir, à l’occasion de cet hommage, de nombreux poèmes inédits qui racontent les escales incessantes du poète, et qu’elle a pieusement rassemblés.  Je citerai avec bonheur quelques extraits.

Déjà en 1965, après une visite au temple d’Oshun, à Oshogbo au Nigéria, qu’il découvre sur les pas de Wole Soyinka, futur prix Nobel de littérature, Edouard Maunick écrit  dans « Jusqu’en terre yoruba »:

                           je suis de partout

                                      je devais être d’Oshogbo

                                      et de tous les royaumes morts ou vifs

Il est de partout en effet.

On le retrouve à Ntamara au Rwanda, indigné :

                           que je me détourne

                                      de l’horrible

                                      et du macabre

                                      lieu de génocide

                                      mes joues

                                      rougissent

                                      de confusion

                                      et mon visage

                                      brûle de honte

Comme il est  aussi de Port-au-Prince en Haïti, révolté : il écrit :

                           Comment a-t-on pu

                                      tolérer

                                      cette misère,

                                      qu’elle injustice…

                                      un jour

                                      nous réussirons

                                      à briser

                                      ces longues

                                      chaînes.

                                      Un jour

                                      nous troquerons

                                      désamour

                                      contre bonjour

                                      et la paille

                                      contre la brique

Maunick est  de Tirana en Albanie, dénonciateur ; il dit :

                           plus de 40 ans

                                      a planter des bunkers

                                      de béton

                                      dans la terre

                                      dans la chair

                                      de leur terre blessée

Maunick est de Sarajevo, désemparé, il parle :

                           Aujourd’hui, à Sarajevo

                                      la blessure de la ville

                                      en guerre,

                                      la blessure béante

                                      et profonde

                                      de la mort

                                      anonyme

                                      ombres sinistres

dernière les façades

encore debout…

Maunick est de Soweto révolté : il écrit :

                           ils signent ils lancent leur suicide

                                      ils signent ils lancent arrêt de mort

                                      combien faudra-t-il de pardon

                                      pour ne pas les pendre tous ?

Maunick est de Rio de Janeiro, prophétique. Il met en garde :

                           Si l’on ne remédie pas

                                      Aux asymétries actuelles

les riches encore plus riches

Les pauvres encore plus pauvres –

Ils reviendront un jour

à l’aube

frapper à notre porte.

Et la mort sera

de nouveau

et de l’indifférence.

Maunick est du Liban, désespéré :

                           dans Beyrouth se lézarde

                                      un soleil langagier

                                      les mots agenouillés

                                      n’ont de sens que la cendre.

                                      des enfants vagabonds

                                      chorégraphient la guerre

                                      en marelles plus cruelles

                                      que de vraies mises à mort.

Maunick est d’Alabama, aux Etats Unis ; il annonce :

                          Amérique quelque chose rode autour de toi

                                      pétri du sang de peau et de vertige

                                      des bleues se préparent qui seront alléluias

                                      Amérique ne force pas la naissance d’un Chaka

                                      n’appelle pas d’étranges sortilèges

                                      car les Nègres Amérique les Nègres vont sortir

Mais Maunick n’est pas seulement un poète militant, il le dit : « De l’île Maurice à Paris, de Paris au vaste monde, j’ai fait cent voyages qui m’ont enseigné le merveilleux des êtres, des lieux, des choses. »

Dans Désert-Archipel, Cantate païenne pour Jésus-Fleuve, il écrit aussi :

                           ton visage

                                      source peut-être

                                      de tous ces voyages

                                      ces contrées d’exorcisme

                                      explorées depuis les livres

                                      je dansais leurs noms dans ma bouche

                                      Santiago Baltimore Pernambouc

                                      autant de cris de caresses géographes

                                      Rwalpindi Tambacounda Salamanque

                  désormais bourgeons d’îles que je cueille à ta bouche

Ainsi, il est aussi du Buenos Aires des tangos enivrants :

                           bandonéon jardin

                                      tango jacaranda

                                      j’ai retrouvé violentes

                                      mes écorces mascareignes

                                      bandonéon créole

                                      pour séga consanguin

C’est ainsi en ponctuant ses voyages de colères parfois, plus rarement d’éblouissements, que le poète a parcouru le monde, toujours assoiffé de voyages, toujours dans « l’urgence de conter. » Il a écrit que nous insulaires « devons courir les routes du monde, pour diminuer notre solitude ».

Le nomade Maunick  a tout vu, tout ressenti, partout il a éprouvé le besoin de témoigner, de crier ses brûlures, de  signifier notre déshonneur. Mais toujours, un besoin recommencé de parler qui est, dit-il, « à la fois notre vice et notre vertu » d’insulaires.  

Maunick voyage souvent pour des rencontres, il ira en Martinique pour dialoguer avec Césaire, cet autre « détrousseur de la parole » avec qui il sent une parenté créole. Il ira au Sénégal poursuivre son long dialogue avec Senghor, le préfacier conquis d’Ensoleillé vif.

Plus tard, nommé Haut-Commissaire en Afrique du sud en 1994 par un gouvernement de sir Anerood Jugnauth - je suis fier d’avoir participé à cette nomination -  Maunick aura le  bonheur de nouer des liens amicaux avec Nelson Mandela. Il avait beaucoup écrit sur la situation sud-africaine à l’époque de l’apartheid dont son Mandela mort et vif, publié pour la première fois en 1987 dans Le Nouveau Militant.

Mais c’est d’abord en France, paradoxalement, que le poète rencontre l’Afrique. Grâce à son activité de journaliste et de producteur d’émissions à Radio France Internationale, il est appelé à parcourir les rues de Paris, magnétophone en bandoulière, à la rencontre d’une humanité africaine déboussolée mais digne. Il raconte dans Les Manèges de la Mer cette première expérience d’exilé :

                           je n’aime cette ville que quand je la fouille

                                      de toutes mes forces nègres

                                      pas une rue alors n’échappe

 à la folie de mes jambes

mes ongles égratignent des soleils sur tous les parapets…

Ces rencontres bouleversent le poète et le mènent aux penseurs africains, qui animent la vie intellectuelle de Paris, les Aliouine Diop, Aimé Césaire dans il apprécie la poésie de combat, Léopold Senghor et beaucoup d’autres qui se retrouvent autour de la revue Présence Africaine pour chanter une négritude regénérée. Lui va plutôt proclamer son métissage même s’il se dit «  ». Il porte son métissage comme un blason. Dans Ensoleillé vif, il écrit :

                           Souviens-toi de mon bonheur :

                                      je suis bâtard de colon

                                      petit-fils de coolie et de marron

C’est ce métissage qui fait de Maunick un poète internationaliste et un poète dans la cité. Il deviendra rédacteur en chef du bimensuel panafricain  - le voyais  assez souvent dans son bureau de la rue Magellan -, il intégrera plus tard des organismes internationaux, d’abord à l’Agence de coopération culturelle et technique qui gère des projets dans les pays de la francophonie, puis à l’Unesco où il sera directeur adjoint des échanges culturels et directeur de la collection d’Œuvres représentatives qui est une collection qui fait la promotion des littératures écrites dans des langues minoritaires.

Il a aussi été membre du comité international des 25 de Afrique 2000 par Kofi Annan secrétaire général de l’ONU.

Maunick reviendra, plus tard, à la presse internationale, il sera rédacteur en chef de Jeune Afrique, puis il crée et dirige, à La Réunion, une revue Vents et Marées qui se voulait le « magazine international des îles » mais qui aura une courte vie.

C’est ainsi : et nous voilà à parler du poète au passé, lui qui a si longtemps « nargué la mort », lui qui a toujours refusé de ranger ses papiers. Il convient maintenant de se taire.

En Mémoire du Mémorable…

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x