L’absence… de bon sens

Avec le soutien de

«Dépi ki mo fer politik, mo lamé prop mwa.» Pravind Jugnauth l’a dit il y a quelques jours de cela. Vous avez tous intérêt à le croire. Même si c’est dur à avaler, efforcez-vous, s’il vous plaît, de le faire. Si malgré tous vos efforts, vous n’y arrivez toujours pas, alors, un conseil, faites comme si vous n’avez rien entendu. Et résistez à quelque envie qui surviendrait de manifester votre désapprobation. Surtout pas sur les réseaux sociaux, car vous courrez alors le risque de vous faire réveiller, un beau matin, par les sbires de la dictature.

Puisqu’on y est, et le contexte «despotique» aidant, Monsieur le Premier ministre aurait pu carrément se proclamer la réincarnation de Bouddha, de Shiva, de Jésus ou de quelque autre sage ayant marqué l’histoire de l’Humanité…

C’est fou de voir comment de nos jours les gens ne savent plus quand et quoi applaudir. L’applaudissement est tout sauf banal. C’est une impulsion, venant du plus profond de soi, à manifester une émotion. Enfin, il devrait normalement être ainsi. On applaudit, par exemple, un joli concert, une belle «improvisation», un spectacle, un beau discours, une bonne blague. L’applaudissement a perdu tout son sens dans les rassemblements où les politiques prennent la parole. On applaudit tout et rien. Mêmes des insanités, des vulgarités, des idioties. Comment expliquer cela sinon qu’un idiot, poussé par son «fanatisme» pour son parti ou son leader a commencé à applaudir et les autres, sans réfléchir, ont suivi. C’est grave. Puisque c’est le signe de l’absence de bon sens. Il y a une éducation à refaire en matière… d’applaudissement.

Allez, un test pour voir si vous avez capté le truc ! Somduth Dulthumun a été nommé, quelques jours de cela, à la présidence du Mauritius Museums Council. Doit-on l’applaudir ou pas ? Attendez un petit instant, on vous aide à vous décider ; le personnage, dont les compétences restent floues dans le domaine où il a été nommé, est décrit, par certains, comme un «spécimen». Il est unique en son genre – ce qui, à ce titre, peut donc vouloir dire qu’il mérite sa place… au musée. Hélas, «spécimen», Dulthumun l’est certes mais pas dans le bon sens. Il a, en effet, le statut de «carapate» du pouvoir en place. Il n’est pas surprenant de le voir changer de couleur ou de discours à n’importe quel moment, dépendant, bien sûr, de ses intérêts. Alors, on applaudit ou pas ?

Terminons là-dessus. On veut des femmes en politique. Mais on veut des femmes de conviction. Fortes, courageuses, objectives. Capables donc de dire non quand il le faut, quand l’intérêt de la nation n’est pas respecté. Prêtes à travailler pour le bien-être de leurs mandants et du peuple en général. Pas celles qui viendraient chanter, à tout bout de champ, des louanges à leur leader dont «so lamé prop». Pas celles dont le goût du pouvoir fait basculer dans l’absurdité, dans la mégalomanie et leur fait oublier les principes d’une démocratie. Pas des capricieuses qui font arrêter des citoyens parce qu’elles n’acceptent pas les critiques.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x