This year is indeed our year!

Avec le soutien de

Ça y est, c’est fait ! Liverpool est championne d’Angleterre. Le Liverpool de l’Allemand Jürgen Klopp, qui, rappelons-le, n’est à la barre de la mythique équipe de la Mersey que depuis octobre 2015, a tout (ou presque) raflé, en termes de tableau de chasse depuis quatre ans. Championne d’Europe, Championne du monde des équipes, une Super Coupe remportée, entre autres trophées, ont fait d’Anfield à nouveau la place forte qu’elle était des années de cela. Des décennies même. Sauf que, et c’est là où le bât blessait, le compteur du nombre de titres remportés par Liverpool comme championne d’Angleterre restait bloqué au chiffre 18. Le dernier titre remontait à 1990. 30 ans. 

Trois décennies que les Reds courent après ce Saint Graal qui les fuyait comme la peste. 30 ans, c’est plusieurs générations de jeunes supporters des gars en rouge qui n’ont jamais vu leur équipe chérie soulever la coupe de championne d’Angleterre. 30 ans à subir les quolibets, les blagues de mauvais goût, les moqueries des fans des équipes adverses. 30 ans, aussi, à endurer les piques des supporters de l’équipe «we love to hate», Manchester United. Des Red Devils qui, sous le leadership du respecté sir Alex Ferguson, ont fini par «knock Liverpool off their perch» et à ramener 20 titres de champions d’Angleterre dans leur escarcelle. 30 ans à se dire que «this year is our year» pour, à la fin de la saison, soupirer, dépités, «next year will be our year». Oui, les die-hards des Reds en ont bavé.

Mais, Klopp et ses gars en or viennent de remettre les pendules à l’heure. «This year is indeed our year!» Après le brise-coeur de la saison dernière, où les Reds ont échoué à un cheveu de Manchester City, cette saison 2019-20 a été la bonne. Un instant, l’espoir du sacre a vacillé, avec la pandémie du Covid-19 qui a chamboulé la vie du monde entier. Le spectre de l’annulation de la saison en cours a plané l’espace d’un moment sur la Premier League. Et sur l’âme des millions de fans des Reds de par le monde. Mais, le sourire est vite revenu. Liverpool remporte son 19e titre de champion avec sept matchs en main. Un record. Les Rouges sont bien partis pour établir d’autres records d’ici la 38e et dernière journée. Ils en ont les moyens.

L’auteur de ces lignes a définitivement un parti-pris et un chauvinisme affichés en écrivant cette chronique. Ses premiers souvenirs des Reds remontent à 1977, avec le mythique Kevin Keegan. Puis, d’autres Rouges sont venus auréoler la galaxie des stars d’Anfield. Graeme Souness, Bruce Grobbelaar, Kenny Dalglish, Ian Rush, John Barnes, Robbie Fowler, Michael Owen, Steven Gerrard, entre autres. Les Mohamed Salah, Sadio Mané, Alisson Becker, Trent-Alexander Arnold ou encore Virgil Van Dyke sont leurs dignes successeurs. En 1990, le sacre de l’équipe de Kenny Dalglish fut un moment énorme pour l’ado de 16 ans qu’était l’auteur de ces lignes. Un ado qui ne savait pas encore qu’il allait devoir attendre 30 longues années avant de revoir son équipe fétiche brandir la coupe de championne d’Angleterre. Mais c’est fait maintenant.

Le sacre de 2019-20 raye d’un coup de baguette magique les tristes souvenirs qui ont jalonné ces 30 dernières années. En effet, comment oublier la fin de la saison précédant le sacre de 1990, quand, le 26 mai 1989, à la 91e minute, le Gunner Michael Thomas inscrivit le second but de son équipe et permit à Arsenal d’être sacré champion devant Liverpool, grâce à une meilleure différence de but ? Comment oublier la glissade de Steven Gerrard sur la pelouse d’Anfield, le 27 avril 2014, face à Chelsea, et la défaite qui s’en suivi pour un Liverpool qui était tout proche de ce 19e titre qui le fuyait depuis 1990 ? Comment oublier les frustrations causées par des équipes de Liverpool conquérantes en Europe ou en coupes mais qui devenaient quelconques en championnat ? Tout ça, c’est fini, maintenant.

L’ère de Jürgen Klopp et de ses gars ne fait que commencer. L’Allemand a ramené l’espoir et la confiance au peuple rouge. Cette équipe championne est un rouleau-compresseur. Anfield est redevenue une forteresse et peu d’équipes au monde peuvent s’enorgueillir d’en sortir ne serait-ce qu’avec un point. Allez demander à Leo Messi et à son Barcelone ce qu’ils en pensent ! Liverpool a faim et Liverpool a bouffé du lion. Les écarts de points entre le champion et les autres au classement paraissent incroyables. Ce sont des monstres de régularité qui viennent de récupérer leur dû après 30 ans. Ils ne vont certainement pas attendre encore 30 ans avant de savourer le 20e titre. Les autres n’ont qu’à bien se tenir. «Next year will again be our year!» YNWA!

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x