De petites histoires…

Avec le soutien de

Teodorin Obiang est un scélérat comme il y en a des centaines de milliers de par le monde. Mais il nous intéresse, ce dimanche, parce que ce fils de Teodoro Obiang, le président de la Guinée équatoriale depuis… 41 ans, vient d’illustrer le fait que l’impunité n’est peut-être plus tout à fait garantie pour les détrousseurs de leur peuple, comme cela a été malheureusement le cas pendant bien trop longtemps. Pensez à Mobutu, à Ben Ali, à Duvalier, à Marcos, à Omar Al-Bashir, à Pinochet, à Suharto, à… À noter que Fujimori, président du Pérou entre 1990 et 2000, fut le premier président démocratiquement élu à être extradé vers son pays après sa fuite, pour être ensuite condamné pour corruption en 2009, puis encore en 2015. 172 millions de dollars furent restitués au Pérou sur une fortune détournée estimée à $ 600 millions.

Le petit Obiang, quant à lui, s’était fait un nid douillet en France et aux États-Unis, depuis des années déjà – nul doute à partir de l’argent public détourné, d’une manière ou d’une autre, des bénéficiaires légitimes de cet argent, c-à-d le peuple guinéen. Longtemps boudé par l’Ouest à cause des manières dictatoriales infectes et brutales du père Obiang (les États-Unis ferment leur ambassade en 1993, le gouvernement guinéen ayant accusé l’ambassadeur américain, inquisiteur et gênant, de «sorcellerie» !), l’atmosphère change dans le sillage de 09/11 en 2001 ; les États-Unis cherchant alors de nouveaux alliés en Afrique. La Guinée étant, entre-temps, devenue productrice de pétrole, Condolezza Rice, secrétaire d’État, va jusqu’à l’appeler «un bon ami». Il peut même afficher une photo avec le couple Obama, pour la plus grande honte de ces derniers !

Teodoro arrive au pouvoir en 1979, grâce à un coup d’État sanglant contre son oncle Macias dont il disait craindre «la folie». Jugé, notamment pour le génocide de la tribu des Bugi, Macias est fusillé. Mais une nouvelle garde présidentielle constituée de Marocains est nécessaire pour ce boulot, la garde locale refusant de faire le travail, à cause des pouvoirs jugés démoniaques de Macias ! Teodoro Obiang ne parle évidemment pas de son rôle durant le règne de l’oncle… il y avait de quoi être discret. En 1982, nouvelle constitution et Teodoro est élu président pour sept ans, sans opposition. En 1989, c’est pareil. Pour le vote de 1996 et de 2002 ; bonne surprise ! On aligne enfin une opposition qui rafle… 2 % des votes ! Ce sursaut électoral se poursuit en 2009 où l’opposition récolte cette fois-ci… 3 %. Plus près de nous, en 2016, il est réélu avec 93,7 % des voix. Dans cette tendance-là, il sera encore là en… 2051 ! Ce qui n’est vraiment pas impossible, la radio d’État (il n’y a ni presse, ni radio libre) ayant déjà décrété, depuis juillet 2003 (Wikipédia) que Obiang est le «Dieu du pays», qu’il est «en contact permanent avec le Tout-Puissant» et qu’il peut, de plus «tuer qui il veut sans jamais être inquiété, ni même finir en enfer» ! Exactement ce que les hommes de loi de Trump ont tenté d’arguer en 2019 pour illustrer «l’immunité absolue» du président et dont Trump, lui-même, évoquait l’idée en pleine campagne électorale en 2016 !

Teodorin, produit de la fameuse École des Roches de Normandie (scolarité annuelle de 30 000 euros) a été le vice-président de la Guinée depuis 2016 mais cela ne lui a pas valu le bouclier de l’immunité diplomatique. Trop de frasques, trop de voitures de sport, trop de bijoux, trop d’immobilier luxueux, trop d’arrogance. À sa condamnation pour «biens mal acquis», depuis confirmé en cour d’appel, il écope de trois ans de prison, de 30 millions d’euros d’amende et de la saisie de ses biens valant 150 millions d’euros (dont un luxueux hôtel de 110 chambres). Particularité cocasse : les biens saisis dans ce genre de cas sont versés au Trésor français, pas à la Guinée ! Peut-être heureusement d’ailleurs car, si retournés à la Guinée, c’est son père qui en aurait hérité à coup sûr, étant propriétaire de… tout ce qui lui plaît. Ne déclarait-il pas à ses concitoyens, en 2003, qu’il se sentait l’obligation de prendre en mains le Trésor public afin d’éviter que son service civil ne soit tenté de détourner l’argent public ? C’est ce qui le menait peu après à ouvrir 60 comptes à la Riggs Bank aux États-Unis pour un demi- milliard de dollars, tous contrôlés par lui et sa famille, ce qui, avec $ 300 millions de paiements reçus de Exxon Mobil et de Hess Corporation, menait à des sanctions sévères contre Riggs. Forbes estime la fortune des Obiang à 600 millions de dollars. Ce sera le coût budgétisé du métro quand il reliera Curepipe à Port-Louis…

La Guinée équatoriale, c’est le genre de pays que la non-ingérence étrangère condamne à des décades de parasitisme et de pauvreté. Faudrait-il intervenir ? Si seulement nous avions des exemples de conséquences positives de l’ingérence étrangère ! Comme en Lybie. Ou en Iraq. Ou à Haïti… Désespérant, vous ne trouvez pas ?

Cependant, il y a quand même eu le plan Marshall en faveur de l’Europe et notamment de l’Allemagne et les ingérences réussies de Mc Arthur au Japon ; mais, ça, c’était du temps ou l’Amérique était «Great». Maintenant il lui importe seulement d’être «First»

******

Je lis avec bonheur une pub d’Omnicane qui innove avec son produit Dina Life. Évidemment que ce n’est pas l’invention de la pénicilline, mais ils ont cherché et trouvé le moyen d’extraire des antioxydants se trouvant dans la mélasse (lesquels ?) pour les intégrer dans du sucre brut pour répondre «aux exigences du marché». Les antioxydants, peut-on lire en effet sur l’Internet, luttent contre le stress oxydatif responsable du vieillissement cellulaire. Ils auraient donc un effet anti-âge ! On peut présumer qu’avec le prolongement de l’espérance de vie, Omnicane aura un marché solide. Remarquez aussi que nous aurions tous eu intérêt à commencer plus tôt…

******

La police de Mumbai innove aussi. Réagissant au tintamarre de klaxons qui rend parfois invivable les rues de cette mégapole, la police fait des essais depuis novembre, reliant les feux de signalisation à des capteurs de son. Passé le niveau de 85 décibels, le statut «Rouge» de ces feux recommence à zéro ! Car à Mumbai, les conducteurs qui attendent aux feux que s’égrènent les secondes affichées, klaxonnent instinctivement en espérant, contre toute logique, que cela accélérera le passage au vert. Désormais, c’est l’effet contraire qui est atteint. «Honk more, wait more!» Peut-on lire sur les vidéos qui accompagnent l’initiative. La leçon est parfaite… (https://edition.cnn.com/2020/02/05/india/mumbai-traffic-lights-tests-scli-intl/index.html)

Selon le TomTom Traffic Index, Mumbai est la quatrième ville la plus embouteillée de la planète (après Bangalore, Manille et Bogota). On estime ainsi, qu’en moyenne, un automobiliste de Mumbai a passé, en 2019, huit jours et 17 heures immobilisé dans le trafic. Largement le temps pour lire «À la recherche du temps perdu» de Proust, comme le dit délicieusement CNN.

Cette initiative ne va pas réduire les embouteillages bien sûr, mais elle rendra la ville bien moins bruyante quand elle sera appliquée à toutes les intersections. Mumbai perdra peut-être alors son statut de «capitale mondiale du klaxon», mais cela devrait au moins permettre d’écouter la radio ou de lire en paix dans les embouteillages.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x