Inégalités, pesons dans le débat !

Avec le soutien de

Le pays a basculé dimanche avec l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale et la tenue des élections générales le 7 novembre prochain. C’est désormais une course contre la montre de la part des principaux protagonistes en vue de se frayer un chemin jusqu’à l’Hôtel du gouvernement. Cette lutte acharnée pour conquérir le pouvoir ne doit cependant pas se faire au mépris des grands enjeux. Des enjeux qui sont plus économiques que politiques dans la présente conjoncture mais que le tintamarre électoral va malheureusement reléguer au second plan.

Qu’importe, nous profitons de la présence d’une délégation du Medef dans l’île pour mettre en perspective une thématique qui ne manquera pas d’occuper l’espace électoral le temps de cette campagne. Il s’agit bien évidemment des inégalités socioéconomiques. La thématique avait été abordée pas plus tard que le mois dernier par le pape François lors de son passage chez nous.

S’adressant aux pouvoirs publics, le souverain pontife avait appelé à la vigilance car dans le contexte actuel, la croissance économique ne profite pas toujours à tout le monde et a tendance à mettre en marge un certain nombre de personnes. Justifiant ainsi son plaidoyer en faveur d’une politique économique axée sur les personnes afin de permettre une meilleure répartition des revenus et la promotion intégrale des plus pauvres.

C’est là un défi de taille à relever ! Avec la campagne électorale qui battra son plein d’ici peu, ce serait dangereux de laisser ce débat uniquement aux mains des politiques. Entre les promesses intenables et les discours démagogiques, ceux qui aspirent à nous diriger vont se donner à coeur joie lors des quatre prochaines semaines. Raison de plus pour peser dans le débat.

Ce ne sont certainement pas les délégués du Medef actuellement en déplacement à Maurice qui nous diront le contraire. La principale organisation des employeurs participe, en effet, à la réflexion sur les inégalités en France. Une initiative qui n’étonne guère face à la montée du populisme et dans le sillage du mouvement des «gilets jaunes» qui a secoué ce pays.

Une étude réalisée par l’organisation patronale française constate qu’il est nécessaire de «rénover le système redistributif pour inciter davantage à l’initiative et à la prise de risque». En d’autres termes, les entreprises ont aussi un rôle à jouer. De quoi inspirer Business Mauritius ? Nous le saurons bien assez tôt mais entre-temps, c’est la meilleure posture pour faire face aux mutations en cours, que ce soit sur le plan social ou sociétal.

Il ne s’agit plus désormais de distinguer entre ce qui relève de l’État et ce qui est de la responsabilité du secteur privé. L’entreprise fait, aujourd’hui encore plus qu’hier, partie de la solution à pas mal de problèmes. Toutefois, il est nécessaire de faire entendre sa voix et de s’impliquer davantage pour peser dans le débat.

Le même challenge se pose aux mouvements citoyens, surtout en ces temps de campagne électorale. Alors que les organisations politiques mettent la dernière main à leurs manifestes, il est important que les citoyens se fassent également entendre afin d’influer sur la conception d’éventuelles politiques publiques. Il y va de notre intérêt commun.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires