France Lecordier, un grand lecteur de «l’express» s’en est allé

Avec le soutien de

Il s’appelle Ernest France Lecordier et était, sans doute, l’un des plus fidèles lecteurs de l’express – qu’il respectait pour son combat en faveur de l’Indépendance et du mauricianisme. Avec une rare méthodologie et une organisation digne d’un archiviste, il découpait soigneusement les articles qui lui plaisaient, les pliait et les collectionnait dans une pièce, dans sa maison à l’avenue Ollier, qui était devenue un centre de documentation sur sujets divers de la vie mauricienne. Il savait comment constituer de formidables dossiers à partir de coupures de presse.

J’ai eu le privilège de côtoyer France avant même que je ne devienne journaliste – j’étais au collège (du Saint-Esprit) avec son fils, Patrice. Et j’étais fasciné par son amour et son respect des journaux en général, et de l’express en particulier. Bien des années plus tard, quand je suis devenu rédacteur en chef (en 2004) de l’express-dimanche, il a commencé à découper mes éditoriaux – et en avait fait un recueil. Cela m’avait grandement ému. 

France Lecordier est parti en toute discrétion il y a quelques jours, à l’âge de 83 ans. La coïncidence a voulu que je sois à Cape Town, en compagnie de son fils et de sa famille, quand la nouvelle du décès de France est tombée.

France Lecordier était un homme intègre, intelligent, sympathique, qui aimait faire confiance aux jeunes malgré tous leurs défauts. Précisément parce que c’était, disait-il, des erreurs de jeunesse. Et l’important, pour lui, c’était de savoir se relever après des chutes. C’est sans doute son passé d’enseignant (de grec, latin et français) et sa formation de scout qui lui ont donné cette capacité à respecter les jeunes, au lieu de leur faire la morale. Par la suite, France est devenu fonctionnaire, a travaillé dans quelques ministères avant de devenir le responsable de la NTA. À son épouse Monique, sa fille Mirella, son fils Patrice, ses petits-enfants Laeticia, David, Loïc, tous ses proches, dont Nadine Noël et Gilbert Raynal, l’express présente ses plus vives sympathies.

Je n’ai qu’un seul regret : c’est que France ne pourra pas découper cet article-là...

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires