Droit de réponse de Kee Chong

Avec le soutien de

Monsieur le Directeur des publications,

Je me réfère à un article d’opinion intitulé «Le showman de la SBM» sous la signature de M. Villen Anganan, paru en page 11 de l’express du 10 avril 2019. Le texte contient des attaques personnelles à mon encontre. J’estime avoir un droit de réponse et je vous prie de me permettre de l’exercer.

Tout d’abord, M. Villen Anganan avait répondu absent, le vendredi 5 avril dernier, à notre rencontre avec la presse, à laquelle il avait été invité à titre personnel. Je me permets de vous dire que votre titre est très mal inspiré. Vous le savez trop bien que je suis un professionnel de la finance avec plus de quarante ans d’expérience, qui a présidé diverses institutions financières et associations professionnelles, telles la Commission des Opérations de la Bourse et l’Association of Trust and Management Companies. Outre la SBM Holdings Ltd, que je préside depuis juin 2015, je continue d’exercer d’autres responsabilités dans le secteur financier.

De plus, il est malsain et de mauvaise foi de parler d’une quelconque chaise vide réservée à M. Ballah pour le ridiculiser alors que j’ai moimême tenu dès le début de la rencontre de présenter les excuses de M. Ballah, pris par la réunion hebdomadaire du cabinet. Au sujet des prêts non performants, je dois préciser que je suis le Chairman indépendant et non exécutif de la SBM Holdings Ltd et de ce fait, je ne peux m’ingérer dans les opérations ni avoir accès aux informations des clients de la banque, conformément à la loi bancaire et aux règles de la Banque de Maurice.

Par contre, à la réception des comptes audités qui ont fait provisions de milliards de roupies de loan impairments, j’ai le devoir absolu auprès des actionnaires et du grand public de rechercher des explications à ce sujet auprès de la banque, et surtout de son ex-CEO, M. Raj Dussoye, qui y avait les pouvoirs voulus. Cette démarche ne saurait être assimilée à quelque tentative de se dédouaner.

Il est toutefois malheureux que les faits suivants, élaborés lors de cette rencontre, n’aient pas été rapportés :

  • L’Operating Income du Groupe a augmenté de 29,1 %, c’est-à-dire de Rs 7,6 milliards en 2017, pour atteindre Rs 9,8 milliards en 2018.
  • Le Pre-Impairment Profit a augmenté de Rs 4,2 milliards en 2017 à Rs 5,1 milliards en 2018, soit une hausse de 21,4 %.
  • Les loan impairments ont augmenté de Rs1,1 milliard en 2017 à Rs 3,5 milliards en 2018, une augmentation due principalement à des prêts octroyés à quelques clients offshore de la Banque.
  • Le Profit after tax a donc connu une baisse de 51,6 %, de Rs 2,5 milliards en 2017 à Rs 1,25 milliard en 2018, en raison de ces impairments. Heureusement que notre stratégie d’expansion et de diversification nous a été bénéfique, car la SBM Kenya et notre pôle non bancaire ont positivement contribué au profit du Groupe.

Nous demeurons un Groupe financier hautement capitalisé avec un Tier 1 to Risk-Weighted Assets ratio de 16,2 % et un Capital Adequacy Ratio de 24,6 %, confortablement au-dessus des normes régulatrices. Les dépôts ont augmenté de Rs 145 milliards en 2017 à Rs 170 milliards en 2018, soit une hausse de Rs 25 milliards, confirmant une forte liquidité et une grande confiance continue des clients dans notre Banque.

Cela dit, je serai ravi d’accorder une interview à M. Villen Anganan dans votre quotidien afin d’éclaircir ses incompréhensions et ainsi rétablir les faits. Je vous remercie, Monsieur le Directeur des publications, et vous prie d’accepter mes cordiales salutations.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires