Indépendance: «Que chacun soit valorisé»

Avec le soutien de

Chers compatriotes, C’est avec bonheur et fierté que je vous transmets mes voeux pour la célébration du 50ème anniversaire de l’indépendance de Maurice.

Cinquante ans déjà depuis que notre pays a pris son avenir entre ses mains. Ce n’est pas peu de chose. Nous avons parcouru un long chemin depuis 1968. Ceux qui ont connu cette période, peuvent témoigner de la transformation de l’île Maurice au fil des décennies, pour devenir ce pays qui se positionne aujourd’hui en leader de la région africaine.

Nous avons connu, il est indéniable, une croissance extraordinaire et nous avons su nous adapter à toutes les périodes houleuses de l’économie mondiale. Notre transformation d’un pays sucrier à une économie diversifiée est quelque chose dont nous pouvons tous être fiers, car c’est le résultat de la résilience et du dur labeur de chaque Mauricien et Mauricienne.

Je salue ici, la femme mauricienne, qui a eu une contribution immense à la croissance du pays depuis son entrée en force sur le marché du travail et qui demeure, en même temps, un des piliers clés de la famille. L’essor économique qui suivra l’arrivée en masse des femmes dans le monde du travail témoigne de l’importance d’inclure toutes les composantes de notre société dans n’importe quelle démarche pour la croissance et le développement.

Donc, si je devais avoir un souhait pour le pays, ce serait que Maurice soit parfaitement inclusif – un lieuoù chacun bénéficie d’une reconnaissance de sa valeur. Hommes, femmes, jeunes, personnes âgées, personnes vivant avec un handicap, les personnes qui choisissent notre île comme pays d’adoption et toutes les composantes culturelles et sociales de Maurice – chacun contribue à sa manière à la force et la beauté de ce pays.

C’est lorsque nous nous souvenons des liens qui nous unissent et lorsque nous apprécions nos similitudes comme nos différences que nous devenons plus forts et nous donnons la chance à notre peuple d’avancer dans les meilleures conditions.

Aucun de nous ne sera là éternellement. Notre passage ici nous permet surtout de trouver des moyens pour façonner ce pays et le rendre encore plus beau. Ainsi, quand nous le laisserons en héritage à nos enfants, ils pourront se dire qu’ils ont de la chance d’y vivre et qu’ils veulent eux aussi contribuer à améliorer Maurice pour les générations futures. Notre jeunesse a besoin d’espoir et c’est à nous de lui donner cela.

Il est certain qu’on ne peut pas aborder les choses de manière utopique car pour le progrès d’un pays, il faut travailler dur, moderniser, oser des mesures ambitieuses, revoir les systèmes qui ne fonctionnent plus et constamment chercher à trouver des solutions aux divers problèmes qui existent dans tout pays et toute société. C’est là le rôle du gouvernement et des acteurs économiques et sociaux qui soutiennent le pays à différents niveaux, et nous ne baisserons pas les bras devant la responsabilité que la population nous a donnée. Mais cela commence aussi avec chacun d’entre nous.

Je vous écris aujourd’hui en tant que Mauricienne, fière d’avoir grandi parmi ce peuple multiculturel et d’avoir côtoyé toute la diversité qui est propre à ce pays. En tant que Mauricienne, ce que je souhaite le plus c’est la valorisation de chaque être humain sur cette île. C’est de voir grandir les valeurs : plus d’intégrité, d’éthique, d’honnêteté, de discipline, de respect, de compassion et d’amour pour autrui. C’est d’éliminer le «chacun pour soi», et penser aux conséquences de nos actions sur ceux qui nous entourent. Car nous sommes tous connectés de par notre appartenance à ce pays.

Alors pour ce 12 mars 2018 et pour tous les jours qui suivront, rappelons-nous à quel point le monde est beau quand on y mélange une vaste palette de couleurs. Il ne tient qu’à nous de le préserver.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires