Prise de conscience

Avec le soutien de

Les semaines se succèdent et se ressemblent. De même que le décompte des victimes de la route, qui a récemment passé la barre des 130.

À ce rythme, certains prédisent que l’on finira l’année avec au moins 150 morts sur nos routes. Cette année encore, trop de familles auront perdu l’un des leurs. Et pour elles, le réveillon se déroulera dans la tristesse et les souvenirs de ceux partis trop tôt. Force est de constater que les efforts conjugués des autorités et de la société civile tant pour sensibiliser que pour sanctionner les usagers de la route n’y font rien. Il suffit pour s’en convaincre de jeter un oeil aux chiffres :

2 218 accidents de la route ont été enregistrés du 1er janvier au 30 juin.

Et comme toujours, la palme revient aux véhicules privés et aux deux-roues.

Si tous s’accordent à dire qu’une solution doit être trouvée rapidement, personne ne semble être en mesure de fournir de solutions miracles.

Tout simplement parce qu’il n’y en a pas. Car outre la qualité des infrastructures mises à disposition des usagers de la route, il est essentiel que des campagnes de sensibilisation se fassent plus percutantes et les opérations répressives systématiques, mais également plus visibles.

C’est à ce prix seulement que nous parviendrons à renverser cette tendance morbide. Mais encore faut-il que les Mauriciens dans leur ensemble, et non seulement ceux qui tiennent le volant ou le guidon, y mettent du leur pour rappeler à l’ordre ceux qui, chaque jour, mettent leur vie et celles de centaines d’autres en danger.

Une prise de conscience est plus que jamais urgente si nous souhaitons véritablement mettre fin à l’hécatombe.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires