Vert, humain et moderne

Avec le soutien de

Ce sont les hommes et les femmes qui font l’histoire. À nous Mauriciens de construire ensemble notre avenir. En ce début du XXIe siècle, notre société est prise dans la dynamique pour trouver sa place dans l’environnement global avec la mondialisation en cours dans ses dimensions politique, économique, éthique, technologique et culturelle. Pensons notre avenir dans cet environnement car les problématiques sont les mêmes, avec des déclinaisons différentes. Revoyons et actualisons les outils d’analyse, les démarches et méthodes d’hier; il faut aussi en forger d’autres. Les profondes mutations en cours exigent une nouvelle grille de lecture pour appréhender le nouveau paysage des contradictions afin de bien mettre en perspective «lavi ki pé déroulé».

La nature et l’homme

Le développement à venir rime avec le vert car notre patrimoine naturel, c’est notre plus grande richesse. L’avenir vert inclut le bleu - soit l’océan et la mer. Avec les dégâts déjà subis, les dangers et menaces actuels, toutes les initiatives et pratiques doivent être en cohérence avec la vision déclarée de développement durable. Dans certains domaines, les dynamiques sont plus qu’inquiétantes. Un état des lieux clinique est nécessaire pour couvrir toutes les problématiques allant de l’eau, l’énergie, le mode de transport, l’aménagement du territoire et du littoral, à la biodiversité, l’érosion des plages, la déforestation, le sort des zones humides en passant par les déchets, soit, les produire et les consommer autrement. La nature même de la croissance économique doit être débattue. «Let’s go green»! Immense chantier!

Nos ressources humaines constituent depuis toujours notre plus grande richesse. Donnons au concept de développement à visage humain du contenu avec un socle constitué de valeurs humaines de liberté, d’égalité, de fraternité et de solidarité dans les différentes sphères de la société. Le FMI ainsi que d’autres institutions et autorités ont conclu à l’échec du modèle néolibéral avec les inégalités insupportables et contre-productives qu’il engendre dans de nombreux pays. Qu’en est-il à Maurice ? Il y a d’autres modèles dans le monde qui peuvent nous inspirer. Au-delà du modèle socio-économique au centre d’un développement à visage humain, il y a toutes les questions de l’égalité citoyenne concrète, de la parité effective, de la création des richesses et de son mode de répartition, de la lutte contre les inégalités, de la précarité, de la pauvreté, de l’extrême pauvreté, de l’avenir du travail et du modèle social.

Investir le continent numérique

La révolution numérique vient bouleverser le concept fondamental de l’espace-temps et avec, les rapports sociaux et la notion de territoire. Prenons la pleine mesure de cette révolution pour identifier opportunités et menaces. Des pans entiers de la socio-économie d’un pays, de même que des fonctions importantes de nos entreprises doivent négocier ou réussir au plus vite la transition digitale. Le temps presse. La conquête du «continent numérique» constitue une priorité stratégique. Au-delà des réseaux, il y a tout le champ du contenu. Notre société possède de nombreux atouts pour dégager une synergie entre les deux piliers à venir que sont les nouvelles technologies et les industries culturelles. Le défi, c’est trouver comment faire pour décliner le fort potentiel de cet axe de l’économie de la connaissance. N’oublions pas que la matière grise est la matière première du XXIe siècle.

Changement social et révolution culturelle

Tout projet de société implique le changement plus que jamais vital. Le processus et mode opératoire sont de convaincre et non pas de vaincre en voulant s’appuyer sur des méthodes autocratiques et des approches technocratiques. Le dialogue avec de l’écoute active est primordial. Tous les acteurs du développement sont concernés. Il faut cesser avec ‘L’enfer, c’est les autres’.

La crise du politique est centrale à la dé- fiance des citoyens qui demandent le respect du principe de servir plutôt que de «se servir» et la moralisation de la vie politique et publique. Au-delà de la politique, notre société souffre sérieusement d’une crise existentielle d’une trop grande partie de nos élites dans le monde des entreprises, des médias, des syndicats, des ONG, et de la société civile.

À toutes les élites de procéder à un sérieux aggiornamento pour contribuer activement à un projet de société digne du XXIe siècle. Comblons rapidement quelques déficits - de cœur, de raison, d’intelligence et de bon sens. Comment jeter les bases pour une démocratie citoyenne-participative pour rassembler des forces progressistes en vue de construire demain ? Oui, il s’agit bien d’une nécessaire révolution culturelle pour faire émerger une démocratie «dialogale».

Les problématiques

défis à relever. Dans les articles qui leur seront consacrés, nous allons poser la problématique, l’analyser pour identifier les initiatives et dynamiques positives à être consolidées, les dangers, dérives et autres inepties. Les problématiques sont les suivantes: le développement et la lutte contre les inégalités ; l’écodéveloppement («Let’s go green») ; s’enrichir de la moitié du ciel, la question de la parité ; œuvrer pour un mode de production et de consommation sain ; réussir la transition digitale ; exigence éthique et bonne gouvernance ; pour une démocratie vivante forte de ses droits et libertés ; optimiser notre État-océan ; une nation de «doers» et d’innovateurs ; consolider et approfondir le vivre-ensemble ; aménagement sain du territoire et du littoral ; une démocratie citoyenne et participative ; notre place dans le monde et l’ouverture intelligente sur le monde ; éducation et économie de la connaissance ; développer les richesses humaines ; refondation de la politique ; promouvoir le culte de la qualité ; loisirs et qualité de vie ; place aux jeunes ; art, culture et créativité.

Tout au long de notre histoire de près de trois siècles, nous avons forgé l’ADN mauricien qui est le construire-ensemble et le vivre-ensemble. Notre histoire témoigne de notre capacité à accepter les divergences, à chercher les zones de convergences, à arbitrer entre les intérêts contradictoires, à dégager des consensus pour avancer. L’enjeu est grave avec une exigence de responsabilité qui exclue toute démagogie et tout populisme-simplisme ambiants. Il s’agit, au final, de voir loin pour ouvrir les champs des possibles. Ouvrons nos esprits pour apporter notre contribution pour avancer dans le sens d’un développement sain, humain, équitable et juste.

*C’est le préambule d’une série d’articles sur les 20 problématiques avec l’ambition de développer l’ossature d’«un projet de société».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires