Et le salaire maximum!

Avec le soutien de

A l’approche du 1er-Mai, journée mondiale des travailleurs, les Mauriciens ne peuvent qu’être indignés. Alors que des femmes cleaners des écoles publiques touchent Rs 1 500 mensuellement, le super advisor du Premier ministre, Gérard Sanspeur, obtient, lui, au moins Rs 476 500 par mois. Soit 317 fois plus (Rs 1 500 X 317 = Rs 475 500). C’est indécent de tolérer une telle disparité !

Cette insulte aux citoyens est encore plus grotesque que ce gouvernement promettait de servir lepep et non de se servir aux dépens de lepep. La belle blague ! Elles étaient 11 femmes à manifester devant le Parlement mercredi pour avoir un salaire décent, en tout cas suffisamment pour envoyer leurs enfants à l’école. Si c’est vrai que leur salaire équivaut, sur papier, à peu d’heures de labeur par jour, il est tout aussi vrai que c’est difficile, sur le terrain actuel, pour elles de trouver un autre emploi – contrairement à Sanspeur qui donne l’impression d’être sur tous les boards – et qu’elles finissent alors avec ce salaire dérisoire qui ne représente pas un dixième des frais d’essence de la berline de Sanspeur…

L’ironie, c’est qu’à quelques mètres d’elles se trouvaient les beaux bureaux climatisés du bâtiment du Trésor avec ces mêmes dirigeants qui nous ont vendu ce doux rêve de changement en 2014. «Sanspeur» ni hésitation, Gérard sort sa prévisible artillerie lourde : «Je touchais Rs 800 000 par mois dans le privé.»

Il fallait y rester Monsieur. Travailler dans le secteur public n’est pas une sinécure ; un poste et un gros salaire sans gros résultat. Cela implique de travailler POUR le public, servir son pays et non le braquer, ou d’abuser des per diem, alors que le déficit budgétaire se creuse…

Après l’épisode des Rs 323 200 de Vijaya Sumputh, cette fois c’est la goutte d’eau. Les inégalités salariales dans le pays sont de plus en plus criardes. On se rappelle encore du «gros effort» que notre gouvernement «si bienveillant» nous a accordé ; une compensation salariale de Rs 125 pour ceux touchant entre Rs 15 000 et Rs 50 000 par mois et une compensation de Rs 200 pour ceux touchant jusqu’à Rs 15 000 par mois. La belle affaire!

En réduisant les salaires mirobolants de tous ces présidents d’organismes parapublics et de tous ces super conseillers, l’effort aurait peut-être était plus important. L’introduction d’un salaire minimum est-elle un espoir pour ceux au bas de l’échelle ? Attendons voir ce que va nous pondre le National Wage and Consultative Council.

En attendant, cet accaparement de la richesse par l’élite ne fait qu’augmenter le fossé entre ceux qui mangent à tous les râteliers et ceux qui ne peuvent joindre les deux bouts. Finalement ce plan Marshall, c’est dans les sphères du pouvoir qu’il faudrait l’appliquer, un plan Marshall contre la gourmandise et la cupidité, c’est urgent. Il y va de la paix sociale de notre pays.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires