INFORMATION ET PROPAGANDE SE FONT MUTUELLEMENT DE L’OMBRE

Avec le soutien de

Le problème est réel : la toute-puissance de l’internet et des réseaux sociaux, la révolte contre l’establishment et les « experts », mais aussi la course à la primeur, a l’insolite et la montée de la réalité virtuelle sont en train de mettre une pression nouvelle sur la qualité et la  crédibilité de l’information.

Or, en démocratie et en économie libérale, il est capital d’avoir la bonne information. Si l’on est beurré avec de la fausse information, surtout si concoctée délibérément pour tromper, on sera tous rapidement en position d’être mené, comme des moutons, à l’abattoir des nouveaux Goebbels !

La semaine dernière, deux fausses nouvelles qui nous concernent à Maurice  ont été circulées, l’une à propos de Miss Mauritius et l’autre à propos de la présidente de la république. On ne connait pas les motivations de ceux qui trouvent le temps d’échafauder ces fumisteries, mais elles ne peuvent pas être positives ou bien intentionnées. On aurait, par ailleurs, tort de généraliser et de décréter que l’humanité «  est ainsi faite « et qu’elle est a priori méchante et vicieuse, car il ne suffit , en fait, que de bien peu de personnes pour littéralement  déclencher une vague de conséquences planétaires que ce soit sur la réputation de quelqu’un , la santé publique ou la routine sécuritaire (Lire « Un homme, beaucoup d’affectés ! » dans l’Express  du 9 Aout 2015).

 Mais au-delà de ces fausses nouvelles qui visent des individus, on trouve aussi des montages encore plus pernicieux, puisqu’ils tentent de détruire des faits afin d’accréditer des thèses nouvelles ou de nouveaux messies. Si vous voulez comprendre comment cela se passe, tout en vous distrayant, je vous recommande fortement la vidéo YouTube de John Oliver intitulée Trump vs Truth. Le cycle commence généralement avec une rumeur lancée par un site qui n’a pas besoin d’être crédible ou objectif. Un site comme Breitbart (auquel certains rajoutent Raw Story, Twitchy, Talking Points Memo, Redstate, etc…) commence par lancer une fausseté. Un exemple parmi d’autres : la fraude électorale. Durant la campagne présidentielle, souvenez-vous, c’était l’explication qui était préprogrammée pour expliquer une défaite éventuelle de Trump qui, sur cette base, refusait même de dire s’il était prêt à accepter le résultat éventuel des élections. Finalement, il nous fit, heureusement, grâce d’accepter…. sa victoire ! La fraude électorale d’entre 3 et 6 millions de vote fut, post triomphe, évoquée comme expliquant pourquoi Hilary Clinton avait gagné le vote populaire, même si elle avait perdu la présidentielle. Cette « nouvelle «, sans preuve crédible pour la soutenir, fit malgré tout du chemin parce que Steve Bannon, propriétaire de Breitbart, était devenu, entretemps, conseiller spécial à la présidence et Trump  relaya donc cette « nouvelle » une fois ou deux, sans aucune preuve non plus. Le président ayant , en quelque sorte , accrédité cette thèse pour l’ avoir seulement évoquée ( c’est le président des Etats Unis, tout de même , bordel !), tous  les médias en parlèrent d’une manière ou d’une autre, positivement ou pas , au point  ou quelques jours plus tard , un fort % des électeurs pouvaient afficher la fraude électorale ( principalement liée aux immigrés, bien entendu !) comme un fait , citant comme source…. les médias et le président des Etats Unis ! 

Pour rappel : il n’y a aucune preuve de fraude électorale de cette envergure, à ce jour …

 Vous voyez bien le pernicieux dans ce processus n’est-ce pas ? Un esprit maléfique ou tordu, un leader national friand de théories conspirationelles et prisonnier de ses propres préjugés et un « relais «, comme Bannon, enraciné qu’il est depuis  qu’il a été le  responsable d’une campagne électorale gagnante : il n’en faut pas plus pour pouvoir générer des contre-vérités en série et les vendre à l’opinion publique de manière au moins partiellement crédible. Farage, Grillo, Mélenchon, Le Pen trempent leur pain dans le même genre de sauce.  Quand cela devient possible, on a les prémisses d’un état fasciste basé sur la désinformation, d’autant qu’en parallèle, on diabolise et on tente de décrédibiliser systématiquement, parmi d’autres boucs émissaires, la presse indépendante qui vérifie et dénonce.  C’est d’autant plus facile que la presse n’est pas infaillible ! A la Maison Blanche , on en est arrivé au point ou toute la presse dite « de référence « est présentée comme « fake news » et le 24 Février dernier , on passait un nouveau cap , avec la Maison Blanche  interdisant un « briefing «  de presse a des organisations jugées trop critiques : Los Angeles Times , New York Times, BuzzFeed, CNN, Politico, BBC, The Times entre autres . Ça vous rappelle quelque chose cet épisode ? Pravind Jugnauth comme ministre des finances peut être ? En solidarité admirable, les journalistes d’Associated Press, Time et USA Today décidèrent de boycotter ladite conférence de presse.   Certains autres confrères , jouant plutôt  l’opportunisme journalistique, s’en allait tout gaiement a la conférence de « presse «  , pourtant émasculée  et s’estimaient sans doute content d’avoir été « choisis » ….

 Cette méthode a jusqu’ici réussit à accréditer plusieurs faux messages. Celui de la fraude électorale était en l’absence totale de  preuves. Celui de la montée des crimes de  violence, Trump affirmant faussement que le taux de meurtre était le plus élevé depuis 47 ans, s’accroche à la première augmentation de ce taux en 2015-2016, alors que ce même taux baisse continuellement depuis 1995.  Cette vérité tronquée servira à asseoir les initiatives contre les immigrés sans doute, mais  celui de la plus grande victoire électorale depuis Reagan relève du pur narcissisme….comme l’affirmation que l’inauguration présidentielle avait été la plus largement suivie de tous les temps. Le problème est nouveau : le leadership politique ou autre, ne veut, généralement, en aucun cas être accusé de mensonge et vérifie donc généralement soigneusement ce qu’il communique. Trump et ses acolytes ont une autre approche : ils sont, semble t-il, assez confortables avec le mensonge !  Beaucoup plus que leurs prédécesseurs. Trump a ainsi menti 69.7% du temps durant la campagne électorale (Clinton 25.6%- Politifact) et continue depuis qu’il est président (plus de 100 fois selon le Huffington Post). Sa conseillère Kelly Ann Conway a même tenté d’accréditer, au-delà des faits,  le concept spécieux des « alternative facts « ! Quand les ’faits alternatifs’ ne relèvent pas du monde réel, de quoi parle-t-on si ce n’est  de la…. propagande pure !?

 Quand la source première d’informations fiabilisées, le gouvernement, devient une machine a propagande, on a vraiment passé une ligne rouge !  Quand il affirme que sous Obama, il était plus facile à un syrien musulman d’entrer aux Etats Unis qu’un syrien chrétien, il ment, mais il a une idée en tête ! Quand Trump prend le crédit pour l’emploi crée en janvier 2017 et pour l’usine Ford qui n’ouvre pas au Mexique- alors que Ford ne voulait pas y aller de toute façon, on atteint des niveaux d’aberration à peine croyable. Quand il ajoute (21 janvier) que la pluie s’est arrêtée pile au moment où il commençait son discours inaugural, non seulement  il divague, mais il suggère surement quelque soutien d’ordre divin ?

Ne laissez jamais faire de même à votre pays ! 

Nous vous y aiderons.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires