Zlatan c’est Zeus à Manchester United !

Avec le soutien de

Zlatan Ibrahimovic : «I admire Cantona and I heard what he said. But I won’t be King of Manchester. I will be God of Manchester.» A peine arrivé, qu’il se la joue déjà chez les Anglais l’Ibra ?

Cette déclaration de l’attaquant suédois en a estomaqué plus d’un hier. Les fans des Red Devils ne s’attendaient pas à ça sur les réseaux sociaux : décontenancés par l’énormité de ce qu’a osé dire Zlatan, outré qu’il égratigne la légende vivante, le King, Canto. Oh diantre, quel affront ! Comment a-t-il osé ?

Oh la, calmos les amis ! Zlatan joue avec vos nerfs et vous êtes tous tombés dans le panneau ! Vous vous êtes fait zlataner ! Cette attitude ne vous rappelle rien ? Demandez aux supporters du PSG ce qu’ils pensent de l’égocentrisme mal placé de leur ancienne diva… Avant lui, le PSG n’existait pas paraît-il… Ou encore : «S’ils remplacent la Tour Eiffel par ma statue, je resterai au PSG…» C’est la raison pour laquelle vous ne trouverez pas grand monde qui pleure son départ même s’ils avouent qu’il était un attaquant exceptionnel qui a permis au club parisien de franchir un palier.

Mais, en fait, c’est du ‘fake’. Ce n’est qu’une posture. Ibra joue un rôle. Et ça marche ! Partout où il passe, il fait le buzz. Ses petites phrases laissent rarement insensible et ont décuplé l’aura du personnage. Comment croyez-vous qu’il s’est forgé une telle réputation au cours de sa carrière ? Il ira aussi loin qu’il peut dans l’outrecuidance. Aujourd’hui Cantona, demain la Reine d’Angleterre, il ne reculera devant aucune comparaison.

Dans le milieu du football, ils sont nombreux à se regarder le nombril. De Pelé considéré par les historiens footballistiques comme le ‘Dieu’ du foot, à la main de Dieu de Diego et ses églises maradoniennes, en passant par les pectoraux de CR7 que le Portugais semble contempler comme autant de minis Ballons d’Or…

Canto et ses fameuses sardines jetées aux mouettes était un peu poète en son temps, mais force est de constater que depuis le départ du King et de Keano, ça manquait de caractère fort à Old Trafford. Sans oublier les fameux ‘hair dryer’ de Sir Alex. Si Giggs était une légende et que son palmarès est inégalable, il était trop lisse. Pas assez bad boy.

Cette saison, on risque d’être servi. Du moins on l’espère… Pas de Kung fu kick of course, mais un peu plus de folie quoi ! Après les purges Moyes et Van Gaal, Manchester United nous doit bien ça ! Avec un auto-proclamé Special One aux commandes et Zlatan comme bras armé, le Manchester United 2015-2016 ne va certainement pas manquer de testostérone…

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires