Procédés monarchiques

Avec le soutien de

L’égalité des citoyens est un principe essentiel de la République. Ce principe est violé dès lors que des privilèges sont réservés à certains citoyens spéciaux. C’est la raison pour laquelle les facilités dont bénéficie le député Pravind Jugnauth dérangent. Il a droit à une protection rapprochée assurée par un garde du corps payé des fonds publics et dispose, en outre, d’une voiture officielle.

Le député se défend en expliquant qu’en tant que fils du Premier ministre, il a «droit à ces facilités». C’est autorisé par les règlements, ditil, en ajoutant qu’il n’a «rien inventé». Il admet qu’il est possible que «dans le passé, d’autres n’ont pas profité de ces privilèges» mais insiste qu’il mérite, lui, d’avoir un garde du corps pour assurer sa sécurité.

Ces facilités ont beau être légales, mais elles ne sont pas légitimes. Dans une République qui se veut irréprochable, les privilèges que l’on obtient grâce aux liens de filiation sont tabous, voire immoraux. Si des règlements les valident, alors il faut moderniser les textes pour nous débarrasser de ces pratiques monarchiques.

Le leader du MSM est mal placé pour invoquer un vieux règlement afin de justifier son privilège. Il doit savoir que le vote du 10 décembre dernier exprimait précisément la volonté populaire d’en finir avec les privilèges et les passe-droits accordés aux dirigeants, leur famille, et leurs courtisans.

Il est vrai que la distribution des voitures officielles aux favoris du roi était une pratique courante jusqu’à tout récemment, mais ce n’est pas une excuse pour la maintenir. Au Parlement, la semaine dernière, le Premier ministre avait égrené les noms de ceux qui, sous l’ancien gouvernement, disposaient de limousines avec chauffeurs aux frais de l’État. Plusieurs membres de la famille de Navin Ramgoolam figurent sur la liste ainsi que ses amis Ségolène Royal, Laurent Obadia mais également de parfaits inconnus. On aurait pu penser que la sanction électorale de décembre dernier aurait entraîné la fin des privilèges, de tous les privilèges. Ce n’est pas le cas.

Après la voiture officielle, Pravind Jugnauth pourrait demain arguer qu’il peut hériter du pouvoir par naissance. Mais il va falloir nous convaincre que démocratie rime avec dynastie.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires