Bouffée d’air frais

Avec le soutien de

Exerçant ses fonctions de président adjoint, Adrien Duval, le benjamin de l’Assemblée nationale, a imposé son autorité à ses aînés lors de la séance de mardi dernier. Sur son injonction énergique, le ministre Bhadain a été contraint d’être plus concis dans ses réponses. Le Deputy Speaker est allé jusqu’à demander au ministre de se rasseoir.

Ses remontrances ont sonné comme une importante bouffée d’air frais dans un hémicycle dont la présidence est en général excessivement respectueuse des gouvernants. Le jeune Duval, 24 ans, a expliqué, par la suite, qu’il n’a rien fait d’exceptionnel. Il s’est contenté, dit-il avec une candeur propre à son âge, d’interpréter et d’appliquer les Standing Orders.

Mais précisément c’est cette fraîcheur que beaucoup ont saluée. Elle contraste avec le cynisme et la vaine arrogance de ceux qu’il côtoie au Parlement. Une fraîcheur que beaucoup perdent au cours de leur carrière politique.

Ce qui nous conduit à réitérer notre appel pour un renouvellement constant du champ politique. L’affirmation du style d’Adrien Duval illustre bien la nouvelle dynamique que la jeune génération peut créer si on lui donne la chance d’émerger.

À Maurice, la vieille garde des partis classiques font tous les efforts possibles pour décourager les jeunes esprits intelligents à s’engager en politique. Les plus anciens se battent pour conserver leurs privilèges et étouffer dans l’oeuf toute progression de leurs jeunes concurrents. C’est ainsi qu’ils verrouillent les instances dirigeantes et en gardent le contrôle pour très longtemps.

Parfois, les jeunes aspirants politiciens paient le prix de leur indépendance d’esprit. Un ex-président de l’aile jeune du MMM a été victime de ce phénomène. Il a vite été écarté des organes du parti. Sa faute : une pensée insolente qui dérangeait la direction.

Pour le bon fonctionnement de la démocratie, il est indispensable d’assurer une relève politique. Cependant, l’éclosion d’une nouvelle vague de politiciens ne se produit pas de manière spontanée. Chaque parti devra prévoir dans ses statuts un mécanisme pour opérer le renouvellement. C’est à ce prix que les partis traditionnels pourront faire de la politique autrement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires