En attendant l'abondante récolte...

Avec le soutien de

Difficile de ne pas voir dans la présentation de l’Economic Mission Statement un engagement personnel du chef du gouvernement à travers un chapelet de bonnes intentions. On notera que pour l’heure, l’exercice d’hier s’apparente à un joli discours, riche de belles formules et promesses – même si SAJ a précisé qu’il n’est pas là pour en faire et qu’un deuxième miracle est possible. Qui dit mieux que 100 000 emplois en 2019, dont 16 000 en 2015-16, une croissance annuelle de 5,5 % à partir de 2017, la création de nouvelles cybercités, la décongestion routière au cours des cinq prochaines années nécessitant un budget de Rs 15 milliards, des investissements de plus d’une centaine de milliards, le développement du port, etc…

En clair, huit mois après la formation du gouvernement, on croit entendre un deuxième discours-programme pour redessiner les contours d’une feuille de route du pays, cette fois sur une période plus longue, allant jusqu’à 2030. Est-ce que l’alternance politique telle qu’elle est pratiquée à Maurice – nous avons l’exemple du secteur éducatif qui, à chaque nouveau gouvernement, se voit proposer un plan neuf et un éternel recommencement – permet une vision (certes nécessaire) pour les 15 prochaines années ? Une question à laquelle on répondra concrètement à la fin du mandat du gouvernement Lepep. En revanche, ce que l’on a pu constater hier, c’est que SAJ - contrairement à l’image de ces derniers mois, où l’on a plutôt vu une poignée de ministres occuper le devant de la scène, parfois d’une manière tapageuse et inutile – reprend son rôle de chef, pour bien montrer que c’est lui qui pilote l’avion Maurice en se jetant personnellement dans la bataille économique pour mieux recentrer ce domaine.

Ici, il réclame un réel partenariat avec le secteur privé tout en se montrant sévère avec certains qu’il invite à mettre fin à l’attitude wait and see. Là, il demande à la population de travailler dur, dans la discipline et en faisant des sacrifices. Et là encore, il incite les fonctionnaires à devenir plus productifs. Est-il vrai que cette reprise en main du Premier ministre a pour origine la condamnation de Pravind Jugnauth, qui a bousculé l’agenda politique de sir Anerood en l’obligeant à demeurer aux commandes du pays alors qu’il était sur le point de céder la place ? Ou serait-ce parce que son ministre des Finances, que d’aucuns disent dépassé par les réalités, n’a pas réellement comblé les attentes d’une population de plus en plus déçue que le PM reprend sous son aile la gestion économique ?

En annonçant qu’il veillera personnellement à la concrétisation de plusieurs dossiers - à l’exemple du Joint Public Private Sector Steering Committee et de la création d’une compagnie d’aviation régionale, entre autres - SAJ livre ce message : il sera un superviseur vigilant. C’est bien beau mais toujours est-il qu’après les espoirs post-discours-programme et post-budgétaires, le citoyen lambda n’a pas vu de réel changement dans sa vie et l’ambiance du pays a basculé dans un pessimisme grandissant sur plusieurs plans. Le Premier ministre joue donc son va-tout avec son Economic Mission Statement. Car au-delà du discours prononcé, tout le monde se pose les mêmes questions. Comment concrétiser et entériner la vision annoncée ?  Est-ce que ceux qui sont appelés à exécuter cette feuille de route sont prêts à bousculer leurs mentalités pour permettre la réalisation de ces grandes ambitions ? Comment rétablir la confiance dans le pays et inciter l’investissement étranger ? Un discours-programme en janvier, un budget en mars, et maintenant la promesse d’un second  miracle économique… La population, plus réaliste que les politiciens, reste aux aguets, ne croit plus dans les belles paroles mais attend fermement des résultats concrets. Ce n’est qu’alors qu’on pourra juger si effectivement, comme l’a promis SAJ, la récolte aura été abondante…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires