Caricature

Avec le soutien de

Le nombre de Mauriciens qui se rendent dans les hôtels est sans cesse croissant. Et il n’échappe à personne que leur contribution sera déterminante dans le «comblage» de la fameuse basse saison mauricienne.

Ce qui par contre semble encore échapper à bon nombre d’hôteliers, c’est que ces Mauriciens sont porteurs de valeurs culturelles qui ne souffrent pas de demi-mesure. Et quand on leur sert un ersatz de leur culture, au niveau de l’animation ou de la restauration surtout, on frise l’irrévérence.

Se pose donc, de plus en plus cruellement, la question de savoir ce que nos hôteliers comprennent par animation culturelle ou par restauration pluriethnique.

On peut avoir honte, dans certains établissements hôteliers devant la manière dont les spectacles massacrent ce que nous avons tous en commun ici, une richesse culturelle exceptionnelle. On ne comprend pas non plus comment on peut encore servir dans certains établissements hôteliers des buffets indiens ou créoles totalement irrespectueux des recettes et des goûts.

Faudra-t-il, dans un avenir proche définir, à la dose de poudre à cari près, ce que c’est qu’un menu indien ou imposer un cahier des charges pour les «shows» pour que l’on puisse enfin être témoin dans nos hôtels d’autre chose qu’une caricature de la culture mauricienne dans son sens le plus large ? À ce niveau, il semblerait qu’il n’y ait pas d’autre issue possible. La Tourism Authority, qui est parvenue à imposer la classification, serait bien avisée de se pencher sur le dossier identité culturelle. Il y va du respect que nous avons pour nous-mêmes.

[email protected]

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires