Les Premiers seront-ils les premiers ?

Avec le soutien de

Le Premier ministre aura publiquement fait une déclaration extrêmement inquiétante cette semaine.

«…Abé ki, mo rann mwa Kouyon, mo less mo cash laba mem ? Ou dan mo plas, ou ti pou rann ou Kouyon less ou cash laba mem ? Premié zafer, mo tir mo cash ! Si enn bato pé koule, premié zafer mo sov mo lavi.»

Il n’y a pas d’erreur d’interprétation possible ici. C’est clair, c’est net et c’est extrêmement inquiétant.

Quand le Premier ministre de n’importe quel pays vous déclare qu’il s’occupera de ses intérêts d’abord, il y a de quoi être tout simplement sidéré. Mais il ne s’agit pas de n’importe quel pays ! Il s’agit du nôtre ! Est-ce à dire que s’il avait été Edward Smith, le capitaine du Titanic, il aurait, pas «Kouyon» qu’il est, sauté dans le premier canot, aussitôt qu’il aurait eu la nouvelle que son bateau avait heurté un iceberg et qu’il coulait ? Est-ce à dire que s’il avait été soit le commandant Bowie, soit le commandant Travis, à Alamo, en 1836, il aurait, pas «Kouyon» qu’il est, disparu dans la nature aussitôt qu’il aurait compris que ses quelque 250 Texans n’auraient éventuellement aucune chance contre les 1 500 Mexicains de Santa Anna ? Est-ce à dire que SAJ, qui ne se «rann pa Kouyon» facilement, convertira son épargne en dollars s’il apprend, de par sa fonction, qu’il y aura une dévaluation de la roupie de 30 % demain ? Est-ce à dire que nous avons un Premier ministre qui prendra le premier avion pour se rendre à une conférence quelque part, s’il apprenait, mettons de son ministre Dayal, responsable de Disaster Management, qu’un terrible tremblement de terre ou une explosion volcanique dévastatrice menace le pays ?

Spéculations peut-être, mais il serait certainement bon de le savoir !

Si l’on peut constater que dans le cas du retrait de son épargne de la Bramer*, cela n’a apparemment pas prêté à conséquence, puisque tous les épargnants de cette banque ont finalement été garantis par le gouvernement ; on est quand même en droit de questionner cet instinct aussi primaire chez un leader national. Un collègue me disait : «Ça, c’est du Jugnauth tout simplement !», comme pour rationaliser la déclaration. Cela ne devrait pas nous suffire, tant d’espoir ayant été placé en cet homme et en son alliance, qu’il faut tout simplement savoir si nous avons affaire à quelqu’un qui comprend vraiment que le bien commun dont il est dépositaire passe avant ses intérêts personnels (dans lequel cas il a sorti une couillonnade !), ou si cette franchise est sincèrement révélatrice de qui et de quel groupe nous avons élu a la tête de notre pays !

Cette déclaration est d’autant plus violente qu’elle interpelle aussi sur le plan du délit d’initié et qu’elle ouvre une brèche, au moins embêtante, sur les accusations du clan Rawat qu’il y avait une «conspiration» pour fermer la BAI.

*En effet, SAJ ferme son compte à la Bramer, pas «Kouyon» qu’il est, le 13 février 2015, précédé en cela par son fils Pravind le 9 janvier 2015, alors que le permis bancaire de la Bramer est enlevé le jeudi 2 avril 2015…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires