Le milliardaire escroc

Avec le soutien de

Il a construit sa fortune en détournant les économies de pauvres salariés qui épargnaient pour leur retraite. Ses entreprises, mal gérées, dissimulaient leur état financier instable à travers des pratiques malsaines. Pas pour longtemps. Elles finirent par faire faillite, entraînant dans leur déclin des dégâts humains considérables.

C’est l’incroyable saga de l’ancien magnat de la presse britannique, Robert Maxwell. Il est mort en 1991 à l’âge de 68 ans, après une chute mystérieuse de son luxueux yacht.

Ses origines modestes ne l’ont pas empêché de connaître un parcours entrepreneurial fulgurant. Au début, il mettait à profit ses relations pour créer des entreprises et gagner un peu d’argent. Les choses se gâtent pour lui quand il décide de fréquenter le monde politique, notamment les dirigeants du Parti travailliste.

Il parvient à se faire élire député mais encadrés par ses nouveaux amis, il développe un goût pour le grand luxe. Ce qui le pousse à rouler en Rolls-Royce. Son appétit s’aiguisait au fur et à mesure qu’il découvrait le luxe.

Or, ses entreprises sont confrontées à des difficultés financières. C’est alors qu’il a recours à des méthodes pas très honnêtes. Par exemple, il organise la fusion de quelques filiales pour masquer les difficultés financières des canards boiteux de son groupe. Il maintient ainsi une façade de prospérité.

Très vite, il verse dans la délinquance financière. Il commence à piller les fonds de pension de son propre groupe pour mener un train de vie princier. Ensuite, il vole l’argent des épargnants pour renflouer les caisses de ses entreprises qui ne pouvaient plus rembourser leurs dettes.

Opérant au niveau international, Maxwell crée des sociétés avec des statuts juridiques si complexes qu’il échappe à la vigilance des organismes de contrôle. Personne ne remarque les dettes vertigineuses de ses sociétés. Après sa mort, l’Institut des expertscomptables a été blâmé pour ses manquements dans cette affaire.

En 1992, ses enfants sont arrêtés et leurs biens personnels sont gelés. Au terme d’un procès épique, ils sont blanchis et leur père est reconnu seul coupable de la grande escroquerie.

Toute ressemblance avec des personnes existantes est purement fortuite.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires