Règle bafouée

Avec le soutien de

C’est un point noir qui entache un bilan considéré comme globalement positif. Si au cours de ses deux premiers mois au pouvoir, le gouvernement a pris une série de mesures pour honorer ses engagements, il reste que celui portant sur la nomination à des postes à hautes responsabilités n’est pas strictement respecté.

La nouvelle majorité avait d’abord promis qu’elle allait rompre avec le recrutement des partisans fidèles à la tête des institutions publiques. Ensuite, elle a infléchi sa position et annoncé que les appels à candidatures ne seront lancés que dans des «cas spécifiques». Cet infléchissement est de mauvais augure. De compromis en compromis, les dirigeants de l’alliance Lepep pourraient bien finir par répliquer le modèle travailliste.

La gabegie qui sévissait au sein d’un grand nombre de corps parapublics, sous le règne travailliste, était un fait reconnu par tous. L’ex-Premier ministre lui-même avait pris conscience, sur le tard, des dégâts causés par le clientélisme, les considérations ethniques et le copinage. Il avait annoncé un tsunami qui allait balayer tous les incompétents. Il n’a pas eu le temps de procéder à ce nettoyage avant que la vague du 10 décembre ne l’emporte, lui.

Il incombait aux nouveaux dirigeants d’entreprendre ce nettoyage. Ils ont effectivement déclenché une opération de chaises musicales. De nouvelles têtes prennent les commandes des institutions publiques. Cependant, les recrutements ne se font pas au mérite. Le plus souvent, c’est la culture clanique qui dicte les nominations. Il y a beaucoup trop des «cas spécifiques», qui constituent des dérogations au critère de méritocratie.

Un effort a été fait, notamment par le ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo, pour sortir de l’impasse en attribuant les postes-clés aux plus méritants mais ses collègues n’arrivent pas tous à se libérer des pratiques de copinage et de clientélisme.

Dans son manifeste, l’alliance Lepep promettait la mise en place d’un «comité spécial pour mettre fin aux nominations inadaptées aux postes importants». Le document annonce que la gouvernance exemplaire constituera la règle. Aucune exception à la règle n’était alors prévue.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires