La CAN plus forte qu’Ebola

Avec le soutien de

Drôle de tournoi décidément. Les prévisions alarmistes de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne se sont heureusement pas réalisées et la menace Ebola a été bien maîtrisée. Ouf ! On l’a quand même échappé belle…

L’entêtement de la Confédération Africaine de Football (CAF) à tenir sa compétition coûte que coûte (rien que pour l’enjeu sportif ?) a quand même entraîné une belle cacophonie organisationnelle. Un pavé de plus pour plomber l’image suffisamment écornée de notre continent (déchiré par de sempiternels conflits entre instances sportives quand il ne s’agit pas des primes de match).

En retirant le tournoi au Maroc pour le confier à la Guinée Equatoriale, la CAF a, en effet, chamboulé le calendrier de toutes les nations qualifiées, y compris le pays hôte (qui n’avait pas obtenu sa qualification sur le terrain).

Certes, tout n’est pas parfait sur place, depuis le coup d’envoi de la compétition, mais quel soulagement de voir un ballon qui danse et passionne les nations africaines plutôt qu’Ebola invité pour une télé-réalité macabre, en live, à la télé. Et pas que sur le Satellite…

Car figurez-vous que la CAN 2015 a fait son arrivée sur notre chère MBC aussi depuis lundi ! Même si ça n’était pas prévu au programme, on peut dire que la question soulevée par notre collègue Sunil Oodunt a eu le mérite de faire avancer la cause de la CAN. La station nationale marque un but et nous permet d’espérer dans ses promesses de changement et de renouveau…

Revenons en au rectangle vert. Vous aurez, forcément, noté que le score de 1-1 est très en vogue dans cette Coupe d’Afrique des Nations, ce qui découle de matchs serrés et traduit un nivellement des valeurs. Mais aussi une faiblesse du niveau de la compétition.

Les grands favoris annoncés ne le sont pour l’instant que de nom. Malgré quelques beaux matches lors de la première journée, on est resté sur notre faim par la suite. L’enjeu a dépassé le jeu. Drogba, Eto’o : au secours !

On en va pas se mentir, les puissants de la planète foot (les grands clubs européens) auraient préféré qu’elle soit purement et simplement annulée cette CAN. Dans caro canne, elle n’aurait enquiquiné personne, chacun gardant précieusement et jalousement ses diamants africains.

Le destin a, pourtant, voulu que la Guinée Equatoriale s’élève au dessus des nuées, dans l’adversité, pour atteindre les quarts. Ni la maladie, les buts hors-jeu ou les théories conspirationnistes (dixit leur fédération nationale de football !) n’ont pu, jusqu’ici, contrarier cette belle histoire africaine.

Un sèche cheveux ? Non ! Cette supportrice équato-guinéenne se fait tester sa température au stade de Malabo…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires