Deux blocs, quelle différence ?

Avec le soutien de

D’un coté, on nous promet de revoir le système actuel de permis à points pour éliminer les injustices, les caméras pièges et les doubles pénalités, de l’autre il y aura une réduction de la période de validité de trois ans à un an et une amnistie sera accordée avec les comptes de points remis à zéro dès janvier en cas de victoire. D’un coté, le congé de maternité sera étendu de deux semaines, de l’autre, quatre semaines de plus seront offertes. Ici, la MBC sera réorganisée et une introduction de la télévision privée est annoncée, là-bas un nouveau MBC Act est prévu et on nous dit qu’il y aura un encouragement pour l’entrée en opération des télévisions privées. Là où l’on s’engage à redonner une indépendance à l’ICAC, l’adversaire propose la création d’un Serious Fraud Office.

Bref, on pourrait s’amuser à faire la liste des engagements pris par l’Alliance Lepep et l’Alliance de l’unité et de la modernité pour découvrir qu’au fond il n’y a pas de différence fondamentale d’un programme à l’autre. Au fil de la lecture, on a la confirmation que, soit les mesures se ressemblent, soit c’est une surenchère de promesses dont le but ne vous a pas échappé : séduire l’électorat. Et si les programmes électoraux étaient attendus par une partie de la population, beaucoup de Mauriciens, plus cyniques, ne voient dans ces deux manifestes rendus publics qu’un artifice de la campagne électorale. Ceuxlà n’ont pas tout à fait tort.

Et il suffirait de se plonger dans le manifeste électoral proposé par Navin Ramgoolam en 2010 – alors que son parti était en alliance avec le MSM et le PMSD –, pour conclure qu’il y a loin des mesures proposées à leur concrétisation. Prenons juste au hasard un chapitre, celui de la Santé qui intéresse tous les Mauriciens. Voilà ce que nous proposait le Premier ministre sortant d’alors – qui fut ensuite réélu – dans son manifeste Lavenir ensam : «Création d’un institut spécialisé pour la santé et le bien-être des femmes. Mise sur pied d’un hôpital gériatrique qui améliorera la qualité de la vie de nos aînés et leur offrira des soins à la pointe des techniques modernes. Mise sur pied d’un hôpital pédiatrique.» Quatre ans de pouvoir plus tard, nous n’avons toujours pas vu sortir de terre ces centres de santé, encore moins avons-nous entendu parler de leur construction.

En revanche, quelques mesures annoncées dans le nouveau manifeste ont des curieuses allures de cut-paste : «La construction d’un hôpital gériatrique ; Un hôpital spécialisé pour les femmes…» C’est dire que les blasés n’ont pas toujours tort et que si l’on égrène les manifestes électoraux de tous les partis confondus, on comprendra rapidement que beaucoup de mesures se révèlent finalement n’être que des hameçons pour accrocher les Mauriciens qui ne sont pas forcément nombreux à lire les programmes électoraux – censés pourtant représenter les grandes orientations du pays – dans leur intégralité.

Et dire que hier encore, Ramgoolam, avec tout le serieux du monde, nous disait : «Nou pa van rev pou gayn vot. Nou fer seki nou dir et nou dir seki nou fer.» Vendredi dernier, SAJ disait à peu près la même chose que son adversaire : «Notre programme ne repose pas sur des promesses, mais constitue un engagement solennel pris avec la population…»

L’avenir nous dira si en 2014, les leaders nous ont encore menti à la veille des élections…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires