Dissimuler l’enjeu

Avec le soutien de

La réforme électorale est décidément un sujet bien sensible. Les deux blocs politiques promettent de changer le mode de scrutin mais se gardent de détailler leurs propositions. Dans son manifeste, l’alliance Lepep s'avance avec une prudence extrême. Pour sa part, l’alliance PTr-MMM fait le choix délibéré de ne pas parler de la proportionnelle.

«Une réforme électorale sera adoptée en tenant compte des impératifs de stabilité pour gouverner. Une dose de proportionnelle sera introduite ; le seuil d’éligibilité pour les sièges proportionnels sera 5 % des votes nationaux recueillis; une représentativité d’un tiers des femmes sera assurée ; le système de Best Loser sera maintenu». Voilà ce que préconise l ’alliance Lepep.

Ce vague énoncé ressemble plus à une incantation qu'à un engagement ferme. L’alliance Lepep sauve les apparences en évoquant la réforme électorale mais elle prend surtout soin de ne froisser aucune composante de la population.

Dans le camp adverse, le même flou artistique règne tant sur la répartition des pouvoirs dans une éventuelle deuxième République que sur la réforme électorale. Pourtant, l’accord électoral signé par le PTr et le MMM précise que la présentation de «The Constitutional Electoral Reform Bill» sera leur priorité en cas de victoire.

Une ébauche de ce texte de loi serait déjà prête, ont laissé entendre les dirigeants de l’alliance PTr-MMM. Si c’est le cas, on peut s’interroger sur les raisons qui poussent ceux-ci à ne pas la rendre publique. Un débat sur le modèle proposé serait utile avant l’élection-référendum du 10 décembre. L’électorat ne peut se prononcer sur la question alors qu’il ne dispose que d’un «Consultation Paper» rédigé en mars dernier comme seule référence.

Dans son dernier numéro, le Mauritius Times, journal proche de l’intelligentsia travailliste, lève le voile sur le silence des rouges : «It has been reported that the MMM insisted on the electoral reform Bill being drafted before the elections…» On peut présumer que la méfi ance de l’électorat travailliste envers la proportionnelle a poussé les dirigeants du PTr-MMM à balayer le sujet sous le tapis.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires