Fuse inside... Keep Cool !

Avec le soutien de

Les nouveaux ventilateurs Pacific, qui ont soufflé le chaud et le froid sur bien des familles mauriciennes, sont désormais vendus avec un slogan-choc : «Fuse Inside».Cette mesure ostentatoire de sécurité pour prévenir tout risque de surchauffe s’avère aussi de circonstance dans le rapport qu’entretient le backbencher Paul Bérenger vis-àvis de son Premier ministre «Nuvin» Ramgoolam. Lors de leur conférence de presse conjointe d’hier, après la signature de leur accord, pavé de bonnes intentions et de formules «politically correct», Bérenger a pris grand soin de maîtriser son besoin compulsif et convulsif de tout révéler, en respectant les prérogatives de son Boss. «Avec la permission du Premier ministre», a-t-il dit plus d’une fois en répondant aux questions. Autocensure aussi : face au chef du gouvernement, il dit ne pas souhaiter critiquer l’action de deux de ses ministres, Rajesh Jeetah et Vasant Bunwaree. Le leader mauve va plus loin pour démontrer l’alchimie : «Nu servi mem mots.»

Mais ce qui aura le plus retenu l’attention, c’est quand Bérenger, comme s’il gérait déjà Maurice, a balancé son conseil : «Mo dir bann kamarad sindikalis, Keep Cool.» La revoilà cette «Keep Cool» de Bérenger qu’il nous sortait tant en 2005, alors qu’il était Premier ministre. On se souvient qu’en mars 2005, alors qu’Anil Bachoo démissionnait de son poste de ministre, il se plaignait que «Bérenger faisait un ‘one man show’ au conseil des ministres et quand on lui parlait de la flambée des prix, du chômage, du ‘breakdown’ du ‘law and order’, il vous répond : ‘Keep Cool, c’est le pays le mieux géré du monde.’» Aujourd’hui, Bérenger dit la même chose, mais Anil Bachoo va définitivement changer de langage !

A écouter le ton des leaders du bloc rouge-mauve et leur quasi-certitude d’obtenir un 60-0, il semblerait qu’ils n’ont plus que SAJ et la presse libre comme seuls adversaires dans cette campagne électorale. Voilà leurs deux ennemis à abattre. C’est encore mieux de les regrouper – comme cela ils peuvent faire d’une pierre deux coups. Oui, la presse libre serait à la solde de l’empire soleil. à «l’express», les choses sont claires : nous n’avons pas plus de sympathie pour Jugnauth que pour Bérenger ou Ramgoolam. Nous pensons par ailleurs qu’il faut faire la place aux idées et au sang neufs.

***

Il est encore temps de chasser l’émotion et d’éviter le 60-0. Il faut pour cela éviter de voter aveuglément. Il s’agit de faire des choix éclairés sur le mérite des individus. Le vote nous permet, une fois tous les 5 ans – ou 7 ans si le PTr-MMM obtient son 60-0 ou sa majorité de trois quarts –, de passer un message à ceux qui se battent entre eux pour travailler pour nous. Nous avons quand même le droit de bien choisir nos serviteurs – et remplacer ceux qui ont fait leur temps et qui ne sont plus productifs.

C’est pourquoi il est rafraîchissant, après avoir écouté Ramgoolam et Bérenger se répandre hier sur les ondes de la MBC, de lire les propos d’un jeune Mauricien, agronome de formation, amoureux de son pays et affilié à aucun parti politique ni aucun mouvement socioculturel, qui veut semer une petite graine dans la tête de ses compatriotes. Son message : utilisons notre faculté de raisonner pour déterminer notre vote. Optons pour des critères de progrès mesurables, oublions le communalisme scientifique qui nous réduit à notre hasard de naissance, et votons avec raison, plaide Kerslay Melanie. Il a bien raison. à lire son interview en pages 10 et 11 – et à découvrir la grille de vote (scorecard) qu’on vous propose.

 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires