Mariage ou enterrement ?

Avec le soutien de

C’est demain, semble-t-il, que la période de prise d’otages de tout un pays prendra fin. Une nouvelle majeure nous attend d’après les dernières nouvelles. La pauvreté sera éradiquée ? Non ! Les salaires vont augmenter ?

Non plus. Demain, lundi, marque le jour J de deux chefs qui, après des «koz koze importants par personnes interposées» durant ce week-end, nous diront enfin, maintes annonces d’un imminent accouchement plus tard, si, by the end of the D-day, l’alliance PTr-MMM a pris naissance ou si le bébé s’est avéré mort-né.

Encore que, pour l’heure, c’est uniquement le leader de l’opposition (dans un souci de ne pas se ridiculiser davantage ?), et si tant est qu’il tienne parole, qui assure qu’une décision sera prise tandis que Ramgoolam, comme à son habitude, ne pipe mot sur ses options, préférant tirer sur sa cible préférée : la presse, cette fois invitée à descendre dans l’arène politique. Ainsi donc, encore 24 heures et nous saurons si les Mauves donneront à Maurice une image inédite où les élus de l’opposition peuvent se transformer en spécialistes de grand écart, avec un pied de chaque côté de la chambre. 

Une situation invraisemblable, une atmosphère malsaine qui n’a que trop duré, mettant mal à l’aise des Mauriciens obligés d’assister à ce vilain jeu qui ne fait pas honneur à notre démocratie. Des parlementaires payés des deniers publics mis en congés forcés… et alors ? Une opposition qui n’assure pas son rôle… so what ? Un gouvernement en mode bouz fix face aux grands enjeux économiques… who cares ? Scandale, law and order, corruption ? Business as usual. Ce qui compte, ou du moins la lecture qu’on nous donne à lire, c’est l’histoire de deux leaders que tout sépare, chacun se méfiant de l’autre comme d’une chaussée glissante, qui s’accrochent à tout prix à un projet d’alliance comme pour s’assurer d’une sortie honorable de la scène politique, pouvant satisfaire leurs intérêts au crépuscule de leur vie. 

Et comme il ne peut y avoir deux capitaines à bord du bateau Maurice, c’est le jeu de rapport de force autour du partage de pouvoir qui provoque, au gré des humeurs, des on ici et off là-bas, et qui a débouché sur le dernier mood négatif du leader du MMM. L’on remarquera que, jusqu’ici, le citoyen lambda comprend uniquement que cette alliance Rouges-Mauves fera, en cas de victoire, l’un président de la République et l’autre Premier ministre, et que, jusqu’à présent, aucun des deux ne nous dit quel est le programme pour le pays. L’on retient aussi que, valeur du jour, personne ne parle de réforme électorale, projet qui semble-t-il avait provoqué les premiers émois du couple Ramgoolam-Bérenger. Car, aux yeux des deux leaders, le plus important c’est lequel d’entre eux aura plus de prérogatives…

Encore un jour et l’on pourra se faire une meilleure idée de la vie politique à Maurice. Si les deux leaders arrivent finalement à un accord, l’opposition tentera de nous faire oublier tous les scandales dénoncés pendant ces quatre dernières années. Par contre, si l’alliance ne se concrétise pas, dès demain, nous assisterons au réveil du leader de l’opposition qui ne s’embarrassera plus des violentes critiques à l’encontre du gouvernement. Dans les deux cas, le MMM y laisse sa crédibilité !  

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires