Fuite en avant

Avec le soutien de

Refusant de discuter de l’affairisme d’État – problème qui est soulevé par l’express – Patrick Assirvaden et Abdoollah Hossen, porte-parole du Parti travailliste, cherchent à détourner l’attention. Ils veulent faire glisser le débat vers la vie privée des hommes publics. Nous nous devons de rappeler à ces critiques patentés de la presse indépendante que le point focal de notre réflexion reste la construction d’un État honnête et impartial.

Nous savons que l’opinion publique, elle, ne se laissera pas distraire par les propos de ces politiciens qui font une fixation sur les chambres à coucher. À l’exception de quelques esprits étriqués, tous ont certainement compris que ce qui est en jeu ce sont les principes de bonne gouvernance, notamment ceux de l’équité et de l’égalité des chances.

Ce que nous voulions souligner, c’est le dysfonctionnement d’un État au sein duquel une coterie s’empare de tout le pouvoir. Cela finit toujours par l’octroi des contrats publics et des baux sur les terres publiques aux affairistes qui possèdent les réseaux nécessaires. Cela résulte également en la nomination des gens incompétents à la tête des institutions vitales.

Nous pensions pouvoir susciter un débat public autour de ces questions essentielles. Si ce n’était pas le cas, et que nous avions l’intention, comme l’insinuent des politiciens de mauvaise foi, de divulguer des faits strictement privés, nous aurions agi autrement.

L’express est en possession de plusieurs vidéos que nous aurions pu avoir diffusées si nous voulions satisfaire quelque curiosité voyeuristique. Nous ne l’avons pas fait parce qu’elles ne sont pas pertinentes pour l’objectif que nous visons. Quelques clichés suffisaient pour atteindre ce but.

Le président du PTr, Patrick Assirvaden, s’est interrogé hier sur le montant qu’aurait déboursé l’express pour se procurer les photos publiées. La réponse est simple : nous n’avons rien payé. Ni dans ce cas, ni dans d’autres cas semblables. Pouvez-vous comprendre, M. Assirvaden, une équation qui exclut tout échange monétaire ?

A lire aussi : Transparence

Publicité
Publicité

Au cœur de cette affaire sous les feux de l’actualité: des photos. Celles de Navin Ramgoolam dansant avec Nandanee Soornack, une activiste rouge, publiées en Une de l’express durant le week-end du 13 au 14 septembre. Depuis, les réactions se sont succédé. A commencer par la conférence de presse du PTr condamnant le groupe La Sentinelle.

Cette affaire dépasse le cadre d’une simple danse entre un PM et une activiste. Pour mieux en comprendre les implications, voici une compilation des articles publiés. 

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires