Maurice c’est un plaisir : L’île aux scandales

Avec le soutien de

Lorsqu’on vit dans un pays qui se dit un «modèle de développement et de démocratie», il est du devoir de tout dirigeant de laisser savoir aux citoyens comment est-ce que les deniers publics sont utilisés et à quelle fin.

Enumérer la liste des scandales qui secouent notre pays est peut-être une perte de temps car presque tout le monde peut vous donner cette liste à la manière d’un ministre qui vous cite de mémoire le coût de construction des ponts et des rues. Certains ne réalisent peut-être pas – nous avons atteint une dette publique de Rs 225 milliards qui pèsera très lourd sur les épaules de nos enfants. C’est peut-être normal pour certains bien lotis mais quid de ceux qui sont condamnés à une vie de misère dans notre petite île ou le chômage bat son plein. Lorsque le pays tombera à genoux ce sera beaucoup trop tard !

Gouverner c’est prévoir et dans ce processus, les dirigeants ont aussi la responsabilité de léguer une société meilleure aux générations futures mais il nous semble que la classe politique actuelle ne s’en soucie guère. À peine une question posée par le leader de l’opposition sur la question du métro léger que le parlement rentre en vacances. Il nous suffit que le ministre Bachoo nous dise «That the people want it» pour que le débat cesse et nous voilà avec Rs 23 milliards englouties sous nos yeux.

Comment ose t-on croire que le peuple a envie d’un métro léger lorsqu’il y a d’autres priorités dans le pays. Où se trouve le Social Impact Assessment du métro léger. Tout pays qui se dit moderne et démocratique devrait s’engager dans des études semblables. La démocratie – ce n’est pas seulement le droit de vote chaque cinq ans, la démocratie c’est aussi la transparence et la responsabilité. À Maurice, les parlementaires ont des vacances beaucoup plus longues que les écoliers et ne s’intéressent guère à ce qui se passe dans notre pays. Les gens perdent leurs yeux dans un hôpital public, une fille mineure qui est vendue à 50 hommes, les travailleurs qui peinent à faire vivre leurs familles et qui demandent la publication du NRB, les jets qui atterrissent sur notre sol sans qu’on sache ce qui se passe, des foyers n’ayant toujours pas d’eau et d’électricité, des jeunes portant tout le fardeau de la société et qu’on pointe du doigt pour toute forme d’indiscipline et de violence. Pourtant on nous parle de la modernisation. Est-ce que modernisation se résume à métro léger et renouvellement de la flotte d’Air Mauritius ?

Air Mauritius s’apprête à acheter six Airbus A350-900 pour la somme de Rs 75 milliards, selon Pravind Jugnauth. Air Mauritius justifie l’opacité autour de ces achats en se servant de l’argumentaire : «sensibilité commerciale». Air Mauritius est cotée en bourse. Les actionnaires ont droit de savoir et pourtant, les «sensibilités commerciales» ne le permettent pas selon les dires de certains. L’île Maurice a besoin d’une nouvelle génération de politiciens. C’est la transparence, la vérité et les ressources bien utilisées qui aideront le pays à sortir du gouffre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires