Gaza : le bal des ultras

Avec le soutien de

Des morts et des blessés (dont des femmes et des enfants), des bombardements à n’en plus finir, de la violence partout, des maisons, des écoles et des hôpitaux détruits, nous sommes contre. Evidemment. Je ne souhaiterais pas l’enfer de Gaza à mon pire ennemi.

Cette situation paraît malheureusement inextricable, à ce stade.

Il faut quand même rappeler que la présente vague de violence débute avec le kidnapping et l’assassinat de trois jeunes juifs innocents en Cisjordanie. Inadmissible. Que Netanyahu promet des représailles à Gaza au motif qu’il pense que ce crime est l’oeuvre du Hamas. Inadmissible car ni démontré, ni prouvé. Que des fondamentalistes juifs se font justice eux-mêmes en tuant un jeune Palestinien. Inadmissible. Que le Hamas enclenche le cercle vicieux en lançant des roquettes sur des objectifs rarement militaires. Inadmissible parce que sans raison. Qu’Israël riposte alors avec la furie de tous ses moyens. Inadmissible dès lors que les militaires du Hamas sont partout insérés dans la population civile… Inadmissible aussi, et pourtant, c’est ainsi que cela s’est développé !

On parle de plus de la «disproportion des moyens» utilisés par Israël, mais en oubliant totalement que toutes les guerres sont faites pour être gagnées et que jamais personne, ni individu ni pays, à mon humble connaissance, n’est entré en guerre avec quelqu’un d’autre et a jugé opportun, à un moment donné, de trouver qu’il utilisait…. une disproportion de moyens ! Demandez donc aux Japonais à Pearl Harbour ou aux Américains à Hiroshima…

On entre en guerre, à moins que je ne me trompe, pour gagner ! On utilise alors tous les moyens. Le drame de la situation du Moyen-Orient, c’est que les moyens de guerre d’Israël, s’ils sont sans doute suffisants pour assurer sa défense, ne seront jamais capables de gagner «la guerre», d’amener les ennemis à la reddition et d’assurer la paix éventuelle (comme après 1939-45, par exemple). Alors, à quoi ça sert ?

L’ironie de la situation présente est que Netanyahu a très probablement déclenché les hostilités pour des raisons de politique intérieure relevant de sa propre crédibilité avec ses faucons ! Le Hamas, quant à lui, graduellement démonétisé ces dernières années, avait intérêt à jouer au matamore (et à refuser le cessez-le-feu, par exemple) pour se refaire une popularité palestinienne ! Triste humanité où les innocents qui ne cherchent qu’à vivre dignement paieront pour assouvir les fantasmagories de POUVOIR des uns et des autres…

La paix ne viendra évidemment que du «vouloir vivre ensemble» dans une solution reconnaissant deux Etats, quelles qu’aient pu être les injustices du passé. Les Israéliens méritent une terre. Les Palestiniens aussi. Et comme le rappelait Yitzhak Rabin, avec qui d’autre faire la paix, si ce n’est avec son ennemi ?

Finalement, je ne suis pas de ceux qui souhaitent voir ce conflit comme une guerre de religion. Parce qu’elle ne l’est pas ! Toutes les guerres ne sont que des confrontations d’intérêts ou d’ego démesurés. Sinon comment expliquer que le monde musulman se tait parfois et ne se solidarise pas, comme un seul homme, contre les sionistes d’Israël et, pire, qu’ils se tuent même entre eux, comme en Syrie, comme en Iraq ou ailleurs…

Le drame, c’est que les ultras sont au pouvoir et que les innocents, Palestiniens et Israéliens, et ceux qui ne demandent que la paix sont leurs «dommages collatéraux»

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires