Mauritius, c’est un plaisir politique !

Avec le soutien de

Au commencement, il fallait saisir une window of opportunity pour que les Mauriciens ne ratent pas «le» rendez-vous historique. Au commencement, disait Ramgoolam, rien ne le détournerait de sa détermination à présenter un «projet d’envergure (la réforme électorale) qui décidera de l’avenir du pays».

Au commencement, le fameux white paper, lu solennellement en mars par un Premierministre qui portait alors le mauricianismeen bandoulière, avait pour but dedessiner une démocratie progressiste,sans classification communale et doubléed’une meilleure représentativité féminine.Mais ça, c’était au commencementet au commencement seulement.

À l’arrivée, le projet de réforme électorale, qui avait provoqué une série de débats et une prorogation du Parlement, avait disparu et cédait une minuscule place à un mini-amendement. Rien que pour les prochaines législatives, nous dit cette fois Ramgoolam, confiant qu’il est de présenter une réforme électorale enn zour dan enn pei.

En attendant, on aura eu droit à un scénario surréaliste d’un amendement de l’amendement.  Pouvait-on faire un microscopique amendement à un amendement déjà miniature ? Au théâtre de l’île anbalao, les acteurs politiques sont capables de tout ! Et ce n’est pas le plus ridicule. Car il y a pire. Si l’on aura bien compris que tout ce ramdam auquel on assiste depuis quelque temps avait pour but d’éliminer la classification communale, au final, les parlementaires pourront toujours affirmer leur appartenance ethnique. Curieusement, Rama Sithanen, expert en réforme électorale, a cru bon de suggérer à tous les candidats «de déclarer leur appartenance ethnique uniquement lors des prochaines élections». Et pour ne pas désespérer les siens, Ramgoolam s’est fait l’écho de cette demande en faisant savoir que tous les membres de son parti se déclineront ethniquement une dernière fois, lors des prochaines législatives.

Tout ça pour ça ! Allez savoir pour quelle raison il fallait un mini-amendement, si c’était pour laisser ouverts tous les tiroirs ethniques à travers le maintien de la classification communale. Valeur du jour, donc, les candidats des principaux blocs vont décliner leur identité communautaire pour la simple et bonne raison que tous ne tueront pas leurs chances d’avoir une place au soleil de l’Assemblée nationale, à travers le Best Loser System, le monstre que les leaders veulent continuer à nourrir. On a beau se dire mauricien, on ne dira pas non à la classification communale pour une entrée au Parlement. En clair, beaucoup de bruit pour rien qu’un mini-pas.

Au fond, Ramgoolam nous a menés en bateau avec la présentation de son livre blanc car, finalement, le gouvernement s’est uniquement forcé à respecter l’exigence des Nations unies en permettant à ceux qui veulent participer aux élections générales de le faire sans décliner leur appartenance. Ça s’arrête là. Point barre.

On est bien loin de ce moment historique que promettait le Premier ministre faisant miroiter un système plus juste à travers la proportionnelle et une représentation d’un tiers des femmes au Parlement. On est bien loin de ce grand premier pas tant attendu pour la transformation d’une société. Ce sont uniquement les membres de Rezistans ek Alternativ, et leurs hommes de loi ainsi que les citoyens de Block 104 qui peuvent crier victoire car c’est la leur. Et nous saluons leur courage, leur ténacité et leur patriotisme, qui rendent fi ers les enfants de la République de Maurice.

Pour le reste, back to square one où, quand il s’agit de trouver un médecin, un avocat ou un prof, on cherchera le meilleur en se foutant royalement de sa communauté. Mais dès qu’on koz koze élections, les leaders politiques jugent utiles de décliner leur appartenance communautaire, préférant ainsi jouer sur la fibre ethnique qui vibre plus que ce mauricianisme dont ils se réclament hypocritement. Bienvenue chez nous. Mauritius, c’est un plaisir politique !

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires