Au bord de l’explosion!

Avec le soutien de

On n’ose plus rêver ! Le Champ- de- Mars est foutu ! Le scandale Gemmayze Street accélère un peu plus la désintégration graduelle de tout un monde, qui prie désormais pour sa survie. Mais il existerait, malgré tout, une lueur d’espoir.

Cela repose uniquement sur la volonté du Mauritius Turf Club. Une remise en question complète de sa politique actuelle est vitale. Soit il refuse et signe l’arrêt de mort de l’industrie des courses, soit il se ressaisit et offre la possibilité à l’hippisme mauricien de respirer.

Dos au mur, avec le fort degré de mécontentement dans le public, le MTC a choisi la manière forte en sanctionnant lourdement le jockey Fausto Durso et sensationnellement l’entraîneur Bud Gujadhur – on a encore des doutes sur la légitimité des charges qui ont débouché sur la suspension de ce dernier –, avant de révoquer spectaculairement leurs licences respectives.

Mais s’est-il posé la question quant aux véritables raisons qui ont conduit les courses là où elles sont? Ne paie-t-il pas le prix de son inaction qui a duré trop longtemps? Le scandale Gemmayze Street porte atteinte, d’abord, à son image de plus en plus fragilisée, qui nécessite, d’un point de vue esthétique, un «relooking» complet!

L’écurie Foo Kune, à l’origine de plusieurs polémiques depuis le début de la saison, a échappé, cette semaine, à une résiliation de sa licence d’opération. Elle résiste, en ce moment, à la vague de contestation organisée à l’intérieur du MTC contre sa manière d’opérer. Son Stable Manager, Paul Foo Kune, est quelqu’un de trop rusé pour ne pas avoir compris la stratégie du MTC qui lui a rappelé ses responsabilités. Son établissement est plus que jamais poussé vers la sortie. Si les dirigeants de cette écurie considèrent qu’ils n’ont pas de responsabilité à assumer dans les récents événements qui ont secoué les courses, ils seront perçus comme des personnes irresponsables.

Exemple : on peine à comprendre, étant trop naïfs peut-être, comment un entraîneur de la trempe de Bud Gujadhur, adepte de la positive thinking, n’ait pas mis en garde le jockey Durso contre les unforeseen circumstances? A un moment où le MTC commence, tout juste, à attirer les sponsors – il y a eu la récente escale d’Air Mauritius au Champ- de -Mars après plusieurs années d’absence –, c’est scandaleux et inacceptable de voir à quel point les courses peuvent être traînées dans la boue. C’est un véritable manque de respect envers une activité, qui a donné des allures de champions et de héros à des gens qui, sans les courses de chevaux, n’auraient été qu’eux-mêmes dans la vie de tous les jours. De simples citoyens ou professionnels.

Attirer la China Southern Airlines au Champ- de- Mars, représentait une réelle opportunité pour notre industrie hippique de tenter un nouveau décollage. Le MTC avait, sans doute, promis à la délégation venant de Shenzhen une course de Groupe 2 d’envergure pour le baptême du feu de la CSA sur le turf mauricien, mais à la place, les étrangers ont eu droit à une véritable mascarade, à une course de la honte qui, cette fois, n’a pas laissé le public sans réaction.

Trop, c’est trop ! Ce public-là grogne. Il est au bord de l’explosion.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires