Haut-le-coeur

Avec le soutien de

«Hey pas filmer moi la hein, to pou gagne l’emmerdement ar mwa !» Réagissant à une vidéo de lexpress.mu montrant un Xavier-Luc Duval tout sourire, assis confortablement sur un maroquin du salon de Paul Bérenger à Riverwalk, Mimi, une internaute, nous a rappelé, en le citant, la précédente posture arrogante et menaçante de l’ancien ministre des Finances face à notre caméra. C’était début mars, un peu plus de trois mois de cela, dans le sillage du tournage du film indien Humshakals.

À l’époque, nonobstant quelques piques sur les « béquilles » de l’alliance Ptr-PMSD, les bleus se considéraient solidement ancrés au sein du gouvernement de Navin Ramgoolam. Il n’y avait pas encore de « koz koze » autour de la réforme électorale qui allait les botter hors du pouvoir. Il n’y avait pas de débat autour du seuil d’éligibilité pour la proportionnelle et le MMM jouait son rôle de parti d’opposition au Parlement. Et la presse indépendante, perçue par les princes au pouvoir d’alors comme faisant de l’opposition, était repoussée comme la peste. Seules les caméras de la MBC – ou celles de Thalassa sur l’île Plate – étaient tolérées. C’était jadis.

Désormais, Xavier Duval, pourtant sans attaché de presse, a oublié qu’il boycottait notre journal et adopte un ton doucereux qui lui va plutôt bien. Il est facilement joignable au téléphone, et tente de communiquer sa nouvelle bonne humeur. Il semble maintenant avoir besoin de nos caméras et de nos colonnes/pages web pour continuer à exister dans la série de téléréalité. Je n’aurais pas aimé être à sa place : être obligé de boire cette soupe dans laquelle on crachait allègrement !

C’est sans doute cette surprenante capacité à ravaler leur vomi qui caractérise la plupart de nos politiciens. Outre le couple Duval/Bérenger à Riverwalk ou Duval/Jugnauth à La Caverne, il faudrait aussi ajouter le petit jeu d’ego ou de cartons d’invitation entre le MMM et le MSM. Le fameux « bizin pez nene, bwar diluil » de SAJ est interprété comme un message d’amour par Bérenger, qui veut désespérément démontrer qu’il a toujours une capacité mobilisatrice – et pour faire foule, il lui faut de tout, le MSM, le PMSD, Cehl Meeah, etc. Comme s’il voulait grimper sur le dos de tous ces partis, ainsi que tous ces syndicats et autres forces vives qu’il a jusqu’ici superbement ignorés, pour reconquérir le coeur de Ramgoolam, avant ou après les élections.

Mais les zigzags de Bérenger ont fini par entamer sa crédibilité. On le rencontre volontiers car il est, sur papier, leader de l’opposition, mais personne ne veut plus le croire sur parole, ou le suivre sur l’asphalte. Au sein du milieu syndical et des forces vives, Bérenger et ses Ganoo, Bhagwan, Obeegadoo et autres suiveurs risquent de se retrouver superbement seuls devant le Parlement.

Contrairement à Duval, ils devraient tout simplement feindre, devant les caméras, une profonde colère et ce, après avoir applaudi la prorogation de l’Assemblée nationale.

*** 

«Cri de coeur» ! C’est le livre que lancera sous peu Kris Valaydon, docteur en démographie, qui a servi notre pays pendant onze ans, y compris au Parlement, avant de se joindre aux Nations unies. Le point de départ de sa colère contre le jeu politique actuel part de bonnes intentions. Ainsi son idée d’un bouquin sur Bérenger remonte au 23 janvier 2013, le jour où le leader mauve a annoncé qu’il était atteint d’un début de cancer à la gorge. Cette surprenante révélation avait provoqué un élan de sympathie et de solidarité « quasi unanime », y compris chez Valaydon. En quatrième de couverture, l’auteur reconnaît qu’au moment de l’impression de l’ouvrage, soit en avril 2014, des commentaires anti-Bérenger ont commencé à pleuvoir, recouvrant du coup les louanges qu’on lui adressait alors qu’il combattait son cancer. Mais malgré cela, Bérenger a été maintenu en tant que fil conducteur de l’ouvrage […] «L’infect jeu des microsystèmes et de quelques pense-petit punit depuis plus de 30 ans des milliers de militants pour leur soutien à cet homme.» Ce cri du coeur devient, lentement mais sûrement, un haut-le-coeur…

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires