Cocos vides au zanfoutland

Avec le soutien de

Le pays est en situation de confinement national depuis le vendredi 20 mars, cela pour deux semaines. Mais, au pays du dodo, non, au pays des Zanfout, le «lockdown», on ne connaît pas. C’est pour les nuls, les poltrons, les idiots, ce confinement national. «Nou ki mari !» La quarantaine, l’isolement volontaire, très peu pour nous. Nous, nous sommes les Cocos vides du Zanfoutland. Le Covid-19, on s’en balance. Peu importe si le chiffre de la contagion à Maurice augmente de façon exponentielle depuis l’annonce des trois premiers cas, le 19 mars. Peu importe le premier décès local lié au coronavirus. Peu importe ce que disent les autorités et les gens qui ont du bon sens dans le crâne : moi, Coco vide, «mo pou fer sa ki mo anvi». Après moi, le déluge.

Pourvu que je puisse profiter de ces jours de congé gracieusement offerts par le gouvernement pour aller à la mer, «met enn nisa avek bann kam», aller errer sans but précis dans les centres commerciaux, vaquer à mes occupations habituelles, aller au marché, prendre mon temps à la boulangerie, souhaiter un joyeux Nouvel An à ceux que je n’ai pas vu depuis deux mois et demi, ne pas respecter les mesures sanitaires, faire dix fois le va-et-vient entre le supermarché et la maison, dévaliser les rayons de provisions sans penser aux autres, ceux qui ne peuvent pas se permettre de faire les commissions au milieu du mois, et tant d’autres actions super égoïstes dont j’ai moi seul, en tant que Zanfout de premier choix, le secret. Oui, je suis un Coco vide et je n’ai rien à cirer du Covid-19. Ce doit être encore une invention des autres là, ceux-là même qui veulent nous empêcher, nous autres Cocos vides, de tourner en rond.

La gueulante poussée plus haut est dirigée contre les Cocos vides qui se reconnaîtront dans la description donnée. Attention, il est important de faire une distinction entre les Zanfout, dont les têtes sont vraiment vides de tout bon sens, et ceux qui, faute de moyens financiers surtout, doivent se déplacer à leur corps défendant vers les supermarchés et autres bazars pour acheter des provisions pour leurs proches, malgré les consignes de confinement. Ces gens-là n’ont pas les moyens de se constituer un stock alimentaire de six mois (on a vu des Zanfout en stocker pour bien plus encore, en allant des dizaines de fois au supermarché).

Ces gens-là, oui, les plus démunis de notre société, achètent d’ordinaire des provisions pour une semaine quand ce n’est pas au jour le jour. Vous, Cocos vides, avez-vous pensé une seule seconde à la détresse de ces pauvres gens ? Ces derniers ne rencontrent souvent que des rayons squelettiques voire vides quand ils arrivent à se frayer un chemin, la peur au ventre, entre les caddies remplis à ras-bord de nos chers Cocos vides. Oui, ces pauvres gens savent bien qu’il ne faut pas s’aventurer dans les lieux publics bondés. Car le risque d’attraper le Covid-19 et de le transmettre aux autres personnes est beaucoup plus grand. Donc, chers Cocos vides, c’est bon, vous avez votre stock pour tenir pendant une Troisième Guerre mondiale. Cessez d’aller dans les lieux publics maintenant. Sinon, le gouvernement va être obligé de sévir et «maladi ti poul, ti kanar ki pou peye».

Ces mêmes Coco vides, quand ils auront chopé la maladie (ce qu’on ne leur souhaite pas), vont hurler sur tous les toits : «Gouvernman pa bon!» Désolé, non, la faute, dans ce cas précis, ne peut être collée sur le dos des autorités. La faute est la vôtre. De grâce, amis Mauriciens, vous qui aimez ce pays, respectez les consignes du confinement. Ne mettez pas votre vie et celles de vos proches et amis en danger. Ceux qui ne se sentent pas bien, ceux qui pensent avoir les symptômes du virus (nous avons une avalanche d’informations là-dessus depuis janvier), allez vous faire dépister dans le premier hôpital public venu. Isolez-vous. Donnez aux médecins toutes les informations sur les personnes que vous auriez pu contaminer, afin que ces dernières soient prises en charge au plus vite.

Surtout, respectez les consignes d’hygiène. Lavez-vous les mains régulièrement. Restez chez vous. Sinon, l’État va être forcé de prolonger le confinement national de deux autres semaines et même, possiblement, d’instaurer la loi martiale. Ayez une pensée pour notre personnel médical, nos médecins, infirmiers, urgentistes, nos policiers, nos soldats, qui mettent leur vie en danger pour que la vôtre ne le soit pas. Combattons ensemble le Covid-19 de manière disciplinée.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés