Visite du pape: des idées pour un manifeste électoral !

Avec le soutien de

L’histoire du pape François, son trajet, son discours depuis qu’il a été nommé pape, sa vision et son humilité ont fait de lui un symbole vivant de porteur de la parole destinée à plus de justice sociale, à la conservation de nos acquis environnementaux, à la promotion de l’interculturel, à la lutte contre la pauvreté et la marginalisation, contre la discrimination, contre un système économique sans coeur, pour un traitement humain des migrants, et d’autres défis dont fait face le monde d’aujourd’hui, et dont nous ressentons, ici aussi, à Maurice, la pertinence.

Le message du pape a été clair, acclamé par une population qui espérait justement que ce rappel soit entendu de tous ceux qui décident de notre destin, ou qui aspirent à le faire. Ceux-là, on l’espère, auront compris le pape, son sens d’humilité, le symbole qu’il représente, sa conscience du quotidien que vit la population. Mais voudront-ils bien traduire dans leurs actes l’essence de la parole entendue ?

Trouverons-nous bientôt des changements dans la pensée politique ? Verra-t-on dans le comportement des acteurs politiques, dans leurs propositions pour une meilleure île Maurice, dans leurs manifestes à venir quelque signe d’espoir ? Verra-t-on un changement d’attitude, moins d’arrogance, moins de mépris dans les regards portés sur l’autre ?

L’environnement cessera-t-il de n’être qu’un slogan creux au milieu des plages et des Pas géométriques envahis de projets marchands, des lagons à polluer, les arbres rasés au mépris des habitants qui protestent, d’un fragile éco-système et de l’exemption discrétionnaire du certificat EIA pour certains gros projets ?

Nos maîtres du jour et ceux de demain auront-ils compris que notre système politique doit être revu dans le sens démocratique, afin de permettre la participation de toutes les composantes de la population à la vie du pays ? Auront-ils l’audace de changer ce système qui confère un pouvoir absolu pour cinq ans à un groupuscule, voire à un individu seulement ? Auront-ils l’humilité de reconnaître la nature inique d’un système générateur d’inégalités : un système à jeter à la poubelle, comme l’insinuait le billboard controversé ?

Pendant huit heures, le temps d’une visite, le peuple a eu droit à l’espoir, celui conféré par les paroles du pape. Mais encore faut-il espérer que les occupants des trônes ou les prétendants soient sincères dans leur appréciation des paroles entendues. Cela ne servira à rien si le faire semblant a régné – protocole oblige –, ou que l’arrogance a fait dire à certains qu’ils savaient déjà ce qu’il fallait faire pour une société mauricienne plus juste, qu’ils y travaillent déjà : manière de dire qu’ils n’avaient pas besoin d’être sermonnés, ni que leurs mémoires aient quelque besoin d’être rafraîchies quant à leurs obligations.

La visite du pape a été acclamée par toutes les composantes de la population, elle fut génératrice d’espoir pour tout un peuple. Ce serait dommage si l’énergie qui s’en est dégagée n’a pu atteindre les acteurs du changement pour une meilleure société. Et il n’y a pas que des politiciens qui sont ici visés, mais tous ceux qui influent sur notre quotidien, notre bien-être : ceux agissant dans l’économie, les religions, les médias, la société civile, les familles. Espérons que les paroles aient pu atteindre leurs coeurs afin que dans 30 ans, un autre pape n’ait pas à nous répéter le même message.

À l’heure où nous parlons d’élections générales, espérons aussi que le symbole que représente le pape François guide la réflexion des aspirants au pouvoir. Et prions pour que sa parole puisse être traduite en actes.

Ainsi soit-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires