Raiding BoM’s coffers

Avec le soutien de

Le Premier ministre et ministre des Finances a déclaré qu’il puisera Rs 18 milliards des réserves de la Banque de Maurice pour rembourser avant terme des dettes en devises. Cette annonce a suscité bien des réactions. Celles-ci ont le mérite de provenir des commentateurs sérieux. Elles sont loin des habituels slogans, totalement négatifs venant des opposants ou abusivement flatteurs formulés par les flagorneurs invétérés.

«The coffers of Bank of Mauritius (BoM) will be raided», s’exclame Calife. «The BoM assets are being utilised to conceal the skyrocketing trend of the public debt», indique Amika. Yoyo, pour sa part, tente de relativiser la situation. «C’est simplement un jeu comptable», affirme-t-il, avant de concéder que «c’est vrai que cette pratique est la route de la facilité, car pour gérer une dette obèse, on aimerait voir une réduction des dépenses».

D’autres avancent que le recours aux réserves de la Banque centrale est une pratique courante ailleurs. Manta leur répond simplement : «Not OECD countries for sure ! Nor any well run economies.» Aux yeux de nombreux internautes, la démarche du ministre des Finances indique que la situation est inquiétante. «Digging into the reserves to fund development, means there is no money anywhere else», avance Timolicien. Jonam, lui, fait remarquer que «fodré ki sitiasion kritik pou al pran réserv labank Moris pou pey det piblik».

Ces commentateurs décrient la décision de Pravind Jugnauth de s’emparer des fonds de la Banque centrale. «Using BoM reserves is not well advised since the Bank needs same for market interventions», déclare Pistounet. Des pessimistes, eux, prédisent des catastrophes. «It is a dangerous manœuvre. We will definitely have to devalue our rupee», prévient Sniper. Tse en rajoute : «Ce sont des signes d’un pays vers la banqueroute.» Ex Mam Sek est plus alarmiste : «The banana republic is on its way to join the league of Zimbabwe and Venezuela.»

Les dirigeants de la Banque de Maurice ne sont pas exempts de critiques. «If we have such a record amount of reserve money generally used to adjust fluctuation in foreign currency, it means that BoM is using the fund in an underutilized manner», écrit l’internaute SAJ. Abimanu, dubitatif, se demande : «The Governor and other members knew what government intended to do. Was it not appropriate to object or resign? » Cheyenne2 apporte un éclairage : «The Rs 240 Billion of forex do not belong to the BoM They are deposits of creditors. Mixing up Forex reserves with the Rs 18 Billion BoM reserves confuses issues, perhaps deliberately», dit-il.

L’opinion condamne surtout la motivation politicienne du Premier ministre. «MSM’s irresponsibility has finally pushed Mauritius to the very edge of the cliff», signale Calife. «What is totally unacceptable is that the law is amended to allow Government to raid BoM’s coffers», s’insurge MBCTV. Justus confirme : «Ce gouvernement change les lois non pas pour le bien du pays mais pour son confort !»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires