I love Mauritius

Avec le soutien de

Il y a Phoenix, dans l’Arizona. Puis, il y a Phoenix, «nou Phoenix». Loin de nous l’idée de transformer notre bonne petite ville de Phoenix, même accolée à la valeureuse Vacoas, en Grande Pomme américaine. New York City. Nous avons déjà Manhattan, à Curepipe. Laissons New York aux Yankees. «Nou Phoenix» connaît déjà des transformations, avec les infrastructures routières actuellement en construction, sa zone industrielle qui avance tranquillement, et de nouveaux projets immobiliers, entre autres. Une piscine moderne, espérons le, pour bientôt. Mais pourquoi toujours vouloir faire des comparaisons flatteuses avec des agglomérations étrangères ? Préservons notre identité locale, en l’intégrant au développement.

À en croire les sarcasmes, photos détournées et autres propos humoristiques sur les réseaux sociaux, le Mauricien moyen a ri à gorge déployée en prenant note des propos inflationnistes de notre inénarrable Gaston Lagaffe local. Celui qui, à chaque fois qu’il l’ouvre, fait perdre des points à ses petits copains de parti. Phoenix sera le nouveau New York. Dommage que Cottage, entre-temps, devient la nouvelle Venise. Ou que Fond-du-Sac chipera son nom au gentil hameau de Riche-en-Eau. Le Nord subit une montée des eaux pendant que certains parlementaires perdent pied dans la mare où ils s’enlisent de plus en plus.

Notre néo New Yorkais préféré, plus habitué aux charmes des déserts d’Arabie qu’aux zones aquatiques de Cottage-under-Water, pourra-t-il octroyer un peu de son temps aux problèmes que rencontrent, et que rencontreront encore, pour les 24 mois à venir, les habitants des plaines du Nord ? Le refrain préféré des membres du gouvernement actuel a, encore une fois, été entonné : tout est de la faute de l’ancien gouvernement. Acceptons pour une seconde que ce soit vrai. Mais, si cette excuse pouvait encore tenir disons une année, voire deux, après les élections de décembre 2014, elle est dépassée, voire franchement hors de propos après presque cinq ans que ce gouvernement est aux commandes. Le «blame game» ne prend plus.

Idem pour la question de la dépossession de terres. Si Clency Harmon n’avait pas eu recours à la grève de la faim, le gouvernement aurait continué son petit bonhomme de chemin, bien à l’abri derrière son comité interministériel. Il a fallu qu’un citoyen cesse de s’alimenter pendant plus de deux semaines pour que le sommeil de certains s’évapore enfin. Non sans qu’ils aient encore une fois égratigné l’ancien gouvernement.

Comme ces deux exemples malheureux, il existe d’autres problèmes sociétaux que nos gouvernants du jour, littéralement à la veille de nouvelles élections générales, imputent encore et toujours au précédent gouvernement. Et à l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam. C’est à croire que nos gouvernants, à commencer par le premier d’entre eux, ne font que rêver du leader du Parti travailliste matin, midi et soir. Mais Grands Dieux, les citoyens de ce pays ont le droit de se demander ce que notre gouvernement a bien pu faire de décembre 2014 à ce jour !

On en est où avec la promesse de l’eau courante dans nos maisons, 24/7 ? On a entendu certains ministres, et non des moindres, nous demander, la main sur le coeur, un autre mandat pour eux, pour réaliser cette promesse non-tenue. Oui, encore cinq ans. Mieux vaut qu’on ne réagisse plus à des énormités de ce type. Les habitants du Nord, surtout ceux des circonscriptions nos. 6 et 7, ont, par contre, vu cette promesse se réaliser. Ils l’ont eu, l’eau courante à volonté. Surtout après les grosses pluies. Le Premier ministre n’a qu’à, comme il l’a promis, tenir l’élection partielle au no. 7 le plus vite possible et il verra à quel point l’électorat de Piton-Rivière-du-Rempart plébiscitera son candidat.

Alors, au lieu d’endetter le pays pour plus de Rs 300 milliards – une dette publique de quelque Rs 300 000 par tête d’habitant, au lieu de nous imposer un métro/tram pour lequel les «viré mam» n’avaient pas voté en 2014, au lieu d’oublier la promesse d’un Tribunal foncier ou de l’approvisionnement en eau 24/7, au lieu de passer son temps à rejeter tous les pêchés d’Israël sur la tête de Navin Ramgoolam, ce gouvernement ferait mieux de tenir ses promesses. On s’en fout d’être de nouveaux Newyorkais. I love Mauritius.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires