La justice: Quelle communication ?

Avec le soutien de

Il n’est pas donné à tout le monde de connaître la différence des rôles, entre ceux d’un et ceux d’un ministre de la Justice. Pour le commun des mortels, il n’y en a pas, que l’on soit l’un ou l’autre. Et ils sont combien qui savent que le ministre de la Justice lui même ne rend pas des jugements, qu’il n’est ni magistrat ni juge ? Et, ils sont nombreux ceux qui entendent parler du parquet et qui aimeraient bien savoir à quoi ça sert. Même s’ils savent vaguement que ce parquet-là a quelque chose à faire avec la justice. Puis, parfois dans certains cas, on dit que le ministère public est représenté par untel, par exemple dans une affaire d’adoption : mais c’est quoi ce ministère public ? demandera le citoyen. Parey couma stetlor ? Et lorsque le policier vous lance : ou dossier ine al kot DPP, que comprend celui qui ne connaîtrait pas bien le milieu ?

La question ici posée c’est de savoir s’il y a un service de communication au sein de notre système de justice destiné à éclairer le citoyen sur le qui fait-quoi dans cet univers, et offrir à la population des informations sur certaines démarches simples, par exemple obtenir une copie d›un jugement. Mais tout d’abord, il faudra se demander si les autorités considèrent nécessaire de nous expliquer le fonctionnement de nos institutions, les endroits, rues et bâtiments, les abritant, et nous disant en quoi elles nous sont utiles.


Que fait l’huissier qui soit différent du clerc de la cour ? Le citoyen peut-il aller voir un magistrat, un juge, pour se plaindre de quelque chose ? Où faut-il qu›il aille ? Et ça se trouve où le Registrar, est-il accessible ? Et si le citoyen veut acheter un terrain à la barre ? Et c’est quoi cette greffe de la Cour suprême ? Et si le citoyen cherche de la legal aid, ou encore s’il veut en savoir plus sur le small claims tribunal, doit-il nécessairement passer par des intermédiaires, ces auxiliaires informels du système qui guident les gens perdus dans ce labyrinthe de la justice ?

Manque de communication

Il existe un manque de communication au niveau du système de justice, de son administration, créant une sorte de nébuleuse avec ses divers acteurs qui l’animent au milieu des institutions, des jargons et abréviations, parmi lesquels le citoyen ordinaire s’y perd, mais où avocats, avoués, notaires, huissiers, clercs et autres officiers règnent en connaisseurs. Les autorités doivent savoir qu’une bonne partie de la population ne connaît pas la différence entre avocats, notaires et avoués. Certains croient même que ces personnages ont l’autorité à pouvoir rendre des jugements et faire envoyer des gens en prison. Les gens simples doivent se fier à ces courtiers et autres services conseils ambulants qui rôdent près des arcades Bahemia à Port-Louis.

Civil ou criminel 

Il n’est pas donné à tout le monde de connaître la différence qui existe entre une affaire civile et criminelle. Or l’ignorance de cette distinction peut coûter cher. Par exemple dans les cas d’accidents de la route, il arrive souvent que la victime croit que la police en poursuivant le conducteur coupable au criminel va s’intéresser également à la question de l’indemnisation par la compagnie d’assurances. Or pour obtenir réparation pour préjudice subi, la victime (ou ses ayants droit) doit intenter un procès séparément au civil au conducteur fautif afin d’être dédommagée. Elle doit pour cela entre une action en cour dans les délais fixés par la loi, faute de quoi, la victime n’aura pas un sou. Combien de pauvres gens, peu informés de la chose, sont pris au piège de leur ignorance…

Exception et plaidoyer

Saluons l’exception qu’est la newsletter du bureau du DPP, un réel effort de communiquer : même si la circulation est restreinte, le contenu est relayé par les médias. Mais souhaitons avoir un service de communication pour informer le public de ce que font tous ces gens bien qui travaillent à l’administration de la justice. Sinon la population n’aura qu’à compter sur une poignée de professionnels qui monnayent fort leur savoir. Le peuple a le droit d’être informé, d’où notre plaidoyer pour un service de communication : pour que la justice devienne encore plus… accessible.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires