MMM: alliance ou fin de parcours

Avec le soutien de

«MMM, c’est fini.» Ce post de l’internaute Léon sur lexpress.mu ne reflète pas la réalité. Cependant, il résume le sentiment de nombreux autres commentateurs qui se sont exprimés dans le sillage de la récente série de démissions du Mouvement militant mauricien (MMM). D’autres lecteurs sont moins définitifs que Léon, mais ils admettent que le parti de Paul Bérenger est en grande difficulté. «Le MMM est très malade», affirme Aneel. L’internaute Une femme qui pense va plus loin : «Le vieux coeur a fait son temps.»

Mais pourquoi la formation Mauve connaît-elle cette hémorragie ? Parce que «le MMM est devenu un parti totalement décrédibilisé et divisé avec un leader dépassé», répond Patriote Mauricien. Et Ex-Militan coltar d’ajouter qu’aujourd’hui «dan MMM, si ou kozé, ou an plis». Kishore Jhummun, pour sa part, précise que «pou rest dan MMM zordi, ou besoin soit enn personne ki népli réfléchi, soit ou enn pratiquant l’idolâtrie politique, soit ou enn roder bout». Ironique, Shirley acquiesce : «Enn vré militan bizin dir oui ek lev lamé pou tou bétiz so Leader.»

À cette vague de démissions, la direction du MMM répond, par la voix de Rajesh Bhagwan, «zot pa impressionne MMM, bon débarras !» Cette réaction fait l’objet de railleries. «In fact, the lesser we are, the better. Keep it up !» ironise Vaga. Alors que SFK trouve que «MMM pé koulé kouma Titanic. Paul ek so l’orchestre ankor pé zwé lamizik!»

D’autres internautes voient au-delà du MMM. Ils placent les démissions dans une perspective plus large. À leurs yeux, la sclérose qui gagne les structures des partis politiques occasionne un recul de la démocratie. «C’est malheureux et c’est dangereux pour notre pays», dit Ritesh. Tout cela, parce que «our political parties have refused to reform themselves», estime Simon.

Que nous réserve l’avenir sur le plan politique ? «Steve Obeegadoo et les autres expulsés doivent maintenant refonder un nouveau parti selon leurs idéaux», conseille un internaute. La direction du MMM et ceux gagnés à sa cause disent que le parti parvient toujours à rebondir après des revers et des dissidences. À chaque crise, Paul Bérenger ne cesse de répéter que «le MMM est plus fort que jamais». BAI lui fait écho et, parlant des dissidents, déclare : «MMM will fly higher after these deadweight are gone.»

Mais, en vérité, le MMM ne s’est jamais relevé des scissions qu’il a connues. La plus importante étant celle de mars 1983 avec la création du Mouvement socialiste militant (MSM) par sir Anerood Jugnauth, ancien président du MMM. Alors privé de nombreux éléments évoluant en région rurale, le parti mauve enregistre un recul qu’il n’a jamais pu rattraper.

Toutefois, des alliances ont permis au MMM de se retrouver au pouvoir donnant l’impression qu’il avait pu se relever. Il y a eu les alliances MSM-MMM de 1991, PTr-MMM de 1995 et MMM-MSM de 2000. Mais cette mécanique n’a pas fonctionné pour l’Alliance MMM-MSM en 2005 ni pour le PTr-MMM aux élections générales de 2014.

Dans le présent contexte, le MMM contractant une alliance pourrait, sans doute, donner le sentiment de faire une remontée. Mais les Mauves trouveront-ils un partenaire ? C’est possible, avance Goburdhun M. D’ajouter : «On the Mauritian political scene, anything is possible.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires