Drogue : à l’action, maintenant !

Avec le soutien de

Mercredi, après presque trois ans de travail, Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs de la commission d’enquête sur la drogue, ont remis leur rapport au président de la République par intérim. Désormais, il y aura un avant et un après à la commission Lam Shang Leen.

Déjà, des dommages sont enregistrés. Les champs concernés : la politique et le barreau. La démission de la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et celle du Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry constituent un début. Ce sont des décisions logiques et attendues par les internautes. «That’s really good riddance!» , s’exclame MBCTV.

L’opinion attend davantage des élus de la République. «Si zot ti éna lamour propre zot demmissioner dépi Parlement», dit Neutre. «Vaut mieux zot démissionner comme députés aussi», insiste Rudy. Pour sa part, L’expert demande aux deux parlementaires «ena l’amour propre démissionner aller».

Cependant, des correspondants demeurent sceptiques. «Ki faire démissionner couma ministre selma», s’interroge Watchman. Selon certains, la démission des deux élus ne serait qu’une ruse. «Pour mieux rester. Pou pas ena élection partiel», estime Bulb. Alors que Jean trouve que la démarche de deux démissionnaires se résume à un avenir pour «chauffe banc parlement et tape plis qui Rs 80 000 par mois avec l’argent contribuable»

La commission d’enquête a surtout mis au jour les manquements des juristes Roubina Jadoo-Jaunbocus et Sanjeev Teeluckdharry à la déontologie de leur profession. La Flamme propose que «these arrogant lawyers be defrocked from the Bar, as it is ignominious to have them amongst professionals.»

Le Dr JG Henry soutient ce point de vue : «The Bar Council ought to have something to say sooner rather than later.» Goonda est, pour sa part, catégorique : «Bar Council bizin prend sanction contre sa deux avocats la.» Colo, lui, se montre plus sévère : «Radier zot du barreau.»

Dans son rapport, la commission Lam Sang Leen va bien au-delà de la dénonciation de pratiques individuelles de certains professionnels. Elle fait des recommandations touchant, entre autres, la police, la douane, les administrations du port et de l’aéroport. Ces organismes sont des institutions stratégiques dans la lutte contre le trafic de drogue. Elles seront plus efficaces si des actions sont prises par le décideur politique. D’où l’attente de la population d’une action vigoureuse de la part du gouvernement.

 L’opinion réclame, du chef de l’exécutif, la mise en œuvre immédiate des recommandations de la commission. «If immediate actions are not taken after a few months everybody will forget about it», prévient Firehorse. De son côté, Louis Gervais Zéphir estime que «c’est pour le Premier Ministre une opportunité de redorer son blason».

Et comme une invitation à ne pas se perdre en tergiversations, Hassen déclare «now it’s time for action».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires